M.Pokora, Alsacien de l’année : « La reconnaissance du peuple alsacien, c’est magnifique. »

Les lecteurs de Maxi Flash ont élu leur Alsacien préféré de l’année 2019. Dans ce très beau palmarès, M.Pokora devance Sébastien Loeb, Delphine Wespiser, Robin Léon, Claudio Capéo, Émilien Denner, Huguette Dreikaus, Thierry Omeyer, Alex Lutz et Agnès Ledig. Le chanteur, qui sera papa dans quelques jours, vient de vivre une grande année avec un nouvel album, une tournée triomphale et des débuts prometteurs dans un premier rôle à la télévision. La star alsacienne nous a accordé un entretien exclusif.

0
519

Eric Genetet : Bonjour Matt, vous êtes l’Alsacien préféré des lecteurs de Maxi Flash, quelle a été votre réaction au moment où vous avez appris cette nouvelle ?

M.Pokora : Forcément cela m’a touché. J’ai toujours porté fièrement les couleurs de l’Alsace, alors quand les Alsaciens te désignent « personnalité préférée » ça fait un petit choc. Je me souviens d’un autre classement il y a quatre ou cinq ans, j’étais troisième derrière Sébastien Loeb et Arsène Wenger, alors passer en tête c’est une très grande surprise et surtout une grande fierté. Comme je l’avais dit lors du lancement de mon nouvel album en Alsace au mois d’avril, je n’oublie pas d’où je viens. C’est important pour moi de revenir là où tout a commencé. Depuis mes premiers pas à la télé dans Popstars en 2003, où je portais des T-shirts « Strasbourg 67 », j’ai toujours montré que j’étais fier d’être Alsacien.

EG : Et pourtant, rien ne vous y oblige ?

MP : Je trouve ça tellement important de dire « voilà c’est ici, c’est chez moi ». Je ne sais pas vraiment l’expliquer, c’est une connexion… Je pourrais dire
« chez moi c’est la France, ou c’est Paris », mais chez moi c’est Strasbourg, c’est là que gamin j’arpentais les rues, c’est là que j’ai appris les bases, c’est là que j’ai joué au foot. Je me suis construit enfant et adolescent.  Encore une fois, je suis très fier, très reconnaissant, j’aime ma relation avec la région, j’aime les Alsaciens, ils sont vaillants. Je pense aussi que mon engagement en faveur de l’Alsace et de Strasbourg a joué dans le vote des
lecteurs de Maxi Flash.

EG : Dans votre enfance, qui était votre Alsacien préféré ?

MP : Justement, quand j’étais môme, je n’avais pas vraiment de préférence, à part les footballeurs, comme Marc Keller ou Arsène Wenger, car dans notre génération, on n’avait pas de Sébastien Loeb. Il n’y avait pas quelqu’un qui nous a inspirés et qui est resté au top pendant longtemps.

EG : Et aujourd’hui ?

MP : Comme j’aime le sport, il y a forcément Sébastien Loeb, c’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. Marc Keller, pour tout ce qu’il a fait pour le Racing et indirectement pour les Alsaciens du coup, car mine de rien le fait d’avoir amené le Racing là-haut et d’en avoir fait un club sain, cela fait du bien à beaucoup de gens, c’est magnifique. Dans mon top des Alsaciens, il y a aussi Claudio Capéo, je l’aime beaucoup, c’est un très bon mec, nous avons fait un concert multi-artistes ensemble au mois de décembre et nous nous amusons beaucoup à prendre l’accent alsacien quand on se voit. Il y a aussi Alex Lutz, lui c’est la classe.

EG : Vous venez de vivre une année 2019 exceptionnelle, cela sera difficile de faire mieux…

MP : Oui, que l’album entre directement numéro un au Top Album c’était un signal très fort. Il y a eu aussi le lancement de la tournée début octobre à Strasbourg justement, nous jouons à guichets fermés partout en France, nous avons ajouté des dates… Et puis, il y a eu le titre de l’artiste masculin de l’année aux NRJ Music Awards, et l’année se termine en beauté avec ce titre d’Alsacien préféré des Alsaciens, mine de rien, c’est magnifique.

EG : Et vous allez être papa dans quelques jours…

MP : Oui. Cette année est passée si vite, je n’ai pas forcément eu le temps de gamberger, mais je suis prêt, j’ai 34 ans, j’ai eu le temps de construire ma vie avec des bases solides, de trouver mon rythme, je suis plus serein maintenant. Voilà, je suis prêt pour devenir papa, avec la bonne personne. Même si je suis déjà beau-papa depuis deux ans, je vais découvrir les joies d’être père d’un enfant, cela sera magnifique, ses premiers pas, ses premiers mots, j’ai hâte.

EG : En 2019 il y a eu votre première expérience en tant qu’acteur dans le téléfilm Le Premier Oublié qui fut un grand succès, vous avez des projets ciné pour 2020 ?

MP : On travaille, on veut partir d’une idée et développer un film, faire un petit peu ce qu’on a fait avec Le Premier Oublié sur la maladie d’Alzheimer, partir d’un sujet qui me touche, qui me tient à cœur, un rôle qui me donne envie. J’aime bien regarder comment fonctionnent ceux que j’admire. Par exemple, Leonardo Di Caprio fait comme ça, il développe ses projets. Pour le cinéma, je préfère partir de zéro et m’investir à 100 %, comme je l’ai fait pour la musique.

EG : Vous avez des souvenirs en Alsace du Nord ?

MP : Je me souviens des matchs de foot contre Haguenau, quand je jouais au Sporting de Schiltigheim, je me souviens aussi de la piscine, le Nautiland et du côté de Brumath, j’allais souvent au Pathé.

EG : Pour conclure, qu’avez-vous envie de dire aux lecteurs de Maxi Flash qui vous ont désigné Alsacien de l’année ?

MP : Je veux les remercier surtout, c’est vraiment une belle surprise, un honneur en tant qu’Alsacien et fier de l’être ; avoir la reconnaissance du peuple alsacien, c’est magnifique. Je ressens la bienveillance des Alsaciens partout où je vais, j’ai vraiment l’impression de faire partie de la famille, et je vais faire mon maximum pour continuer à les rendre fiers.