Lexus RX, un restylage bienvenu

Après avoir proposé une version 7-places de son grand SUV, Lexus offre au RX un restylage bienvenu. Au programme : connectivité, aides à la conduite et repoudrage esthétique. À découvrir dès cet automne.

0
69

Le RX est sans conteste le plus connu des SUV de Lexus, la luxueuse filiale de Toyota qui brille aux États-Unis mais qui a encore du mal à se faire un nom en Europe. Ce crossover est l’un des pionniers du genre. Il a même frappé un grand coup, dès 2005, en devenant le premier véhicule de sa stature à s’avancer avec un moteur « full hybrid ». En 2015 encore, la proposition faisait office d’étrangeté tant elle était seule. Depuis, le temps s’est accéléré pour les SUV et la concurrence, notamment allemande, s’est adaptée à l’air d’un temps. Les marques premium germaniques ne jurent plus que par l’électrification de leurs plus gros modèles. Le Lexus RX, dont seule la version 450h est disponible en Europe, a ainsi petit à petit perdu son avantage stratégique et se voit dans l’obligation de réagir.

Reprendre la main

C’est la quatrième génération du RX qui reçoit aujourd’hui cette mise à jour salutaire. Lui qui a su séduire plus de 2 millions d’amateurs de belles carrosseries depuis son apparition sait qu’il est attendu au tournant. Ce restylage ne touche finalement qu’à la marge un design qui avait su différencier nettement le RX du reste de la production, notamment allemande. Toutes les lignes sont comme tracées au scalpel, conférant au SUV une silhouette tout en arêtes vives, à l’image de ses optiques acérées.

Le dernier trait de crayon tend tout de même à adoucir l’ensemble. La face avant semble avoir été taillée par le vent. La calandre en cascade, béante avec ce double trapèze caractéristique de la marque, s’enrichit d’un sabot qui renforce encore davantage l’impact visuel du RX. L’agencement des phares a été repensé pour plus de modernité et, surtout, une meilleure efficacité du faisceau lumineux grâce à l’éclairage adaptatif BladeScan. Le RX en impose du long de ses 4,89 m et n’a pas à rougir de la comparaison avec les BMW X5, Mercedes GLE ou Porsche Cayenne.

À l’intérieur, on retrouve le même sentiment d’espace, dans un cadre luxueux. Lexus a soigné le confort de ses assises. Les batteries, placées sous le plancher, ne réduisent toujours pas le généreux espace à vivre et l’absence de tunnel de transmission – le RX profite de son hybridation pour proposer la transmission intégrale tout en se passant de celui-ci – est un plus non négligeable pour les passagers arrière, notamment celui placé au milieu. Le coffre, avec roue de secours, offre de 539 à 1 612 l de volume, dans la bonne moyenne de la catégorie. Le hayon automatique est toujours de la partie.

De nouveaux équipements et fonctionnalités, qui manquaient cruellement à la version de 2015, font leur apparition. On note la mise à jour du système multimédia qui est désormais compatible Apple Car Play et Android Auto. L’assistant de Google permet en outre un contrôle quasi total de la voiture. L’écran central se met davantage en adéquation avec le standing du RX avec des tailles allant désormais de 8 à 12,3 pouces. Les systèmes d’aide à la conduite et à la sécurité s’enrichissent avec l’arrivée de la détection de piétons de nuit, des cyclistes de jour, le centrage dans la voie de circulation et la reconnaissance des panneaux de signalisation.

Contrairement à la concurrence, le RX450h demeure en « full hybrid » et ne cède pas aux sirènes de l’hybride rechargeable, plébiscité par ses rivales pour sa propension à réduire les émissions de CO2 lors de l’homologation. Le train roulant qui officie demeure le même, à savoir l’excellent couple formé par le V6 essence de 263 ch et 335 Nm de couple et le dispositif électrique combinant un moteur par essieux pour une puissance totale de 330 ch. Les émissions sont ainsi contenues sous la barre des 120 g/km : un exploit pour un tel dévoreur d’asphalte. Lexus a, enfin, retravaillé le châssis qui offre davantage de rigidité ainsi que le réglage des suspensions pilotées pour un comportement encore plus sûr et dynamique. Le nouveau système ACA (Active Cornering Assist) fait son apparition et intervient dans les courbes ou épingles afin de supprimer tout sous-virage. Ce beau bébé de plus de 2 tonnes a le comportement d’un kart ! La version 7-places « L », très en vogue, jouit, elle aussi, des mêmes modifications. Le RX 450h est affiché à 65 200 € en entrée de gamme, mais il faut compter aux alentours de 72 000 € pour un cœur de catalogue bien équipé. Le premium a un prix !