Les trésors enfouis de la région

La Maison de l’archéologie de Niederbronn-les-Bains accueille à nouveau ses visiteurs depuis le 3 juin. Une occasion de se plonger dans les riches vestiges archéologiques d’Alsace du Nord.

518

Alors que beaucoup d’Alsaciens ont prévu de rester dans la région cet été, Jean-Claude Gérold, référent de la Maison de l’Archéologie des Vosges du Nord, espère faire de nouveaux adeptes.

«C’est l’occasion, pour les visiteurs, de s’approprier leur histoire et de se plonger dans ce qui fait notre culture, et par la même le ciment de notre société». Il faut dire que la Maison de l’archéologie, qui a vu le jour en 1989 dans l’ancien tribunal de la Ville, possède de très riches collections. Réparti sur trois étages, chacun est consacré à une période : la Préhistoire, l’Antiquité et le Moyen Âge. « Vous avez là un panorama complet des recherches archéologiques effectuées dans le nord de
l’Alsace ».

Lorsque vous vous promenez dans le centre-ville de Niederbronn, vous ne pouvez pas manquer les vestiges des thermes gallo-romains, place Jean Marchi, attestant l’existence d’une cité romaine entre le Ier et le VIe siècle de notre ère. De même dans la proche région avec le sanctuaire de Mercure découvert sur le site de la Wasenbourg. C’est pourquoi le Musée a longtemps été connu pour ses collections gallo-romaines.

Un haut lieu de l’archéologie médiévale

Pour autant, « l’étage consacré à la Préhistoire compte, à lui seul, près de 12 000 objets, essentiellement issus de la collection de Climbach ! », précise Jean-Claude Gérold. Il nous confie, au passage, que des objets trouvés récemment, datant du Néandertal, feront prochainement leur entrée au Musée.

Quant au Moyen Âge, les nombreuses fouilles effectuées au château de la Wasenboug, au Hohenfels ainsi qu’au Schoeneck font, de la Maison de l’archéologie, un haut lieu de l’archéologie médiévale. Enfin, quelques poêles de l’ère de Dietrich sont exposés, témoignant de la naissance et du développement important de l’industrie métallurgique dans la région. Le Musée est aussi un lieu d’animation où plusieurs visites commentées sont organisées, notamment en été.

« Il s’agit d’inviter les visiteurs à sortir des murs du Musée pour aller contempler les paysages et les vestiges façonnés par l’histoire », conclut Jean-Claude Gérold. Sans oublier l’exposition temporaire « Le goût du passé: l’alimentation de la Préhistoire à nos jours », visible jusqu’au 18 décembre sur rendez-vous.

CONTENUS SPONSORISÉS