Les réseaux sociaux se mettent au vert

Alors que l’empreinte écologique dégagée par les serveurs internet (ou « data centers ») inquiète de plus en plus les agents régulateurs du climat, Facebook et Google viennent de présenter leur plan pour stopper totalement leur émission de carbone.

0
156

La croissance de l’internet mondial est un défi environnemental de taille : en matière d’émissions de CO2, internet pollue 1,5 fois plus que le transport aérien. La semaine dernière, Sundar Pichai, PDG de Google et d’Alphabet a publié un article de blog annonçant la liste des objectifs environnementaux que le géant de la recherche souhaitait mettre en place d’ici la fin de la décennie. Google est la première grande entreprise à s’être engagée à exploiter une énergie verte sans carbone dans tous ses centres de données et campus du monde entier. C’est une vraie révolution silencieuse. De son côté, Facebook a annoncé que ses serveurs seront également alimentés par des énergies renouvelables d’ici la fin de l’année, et mettra en place des moyens de communication massifs pour alerter ses utilisateurs sur les prochains dangers écologiques.

Un centre d’information et de l’énergie verte

Dans un communiqué récent, Facebook a annoncé que « l’ensemble de ses activités dépendront désormais des énergies renouvelables ». D’ici 2030, l’entreprise vise des émissions nettes nulles pour sa chaîne de valeur, et compte supprimer toutes ses émissions de carbone. Le major des médias sociaux a également annoncé la création d’un nouveau centre d’information sur les sciences du climat.

Il contiendra des ressources sur le changement climatique provenant de sources crédibles « pour mettre les gens en lien avec des informations scientifiques ». Ce projet de centre d’information pour l’environnement est relativement similaire aux centres d’information que Facebook a lancés pour la COVID-19 et les élections américaines, deux sujets très sensibles aux fake news.

La promesse d’un futur plus vert

Les GAFAM se mettent à rêver d’un avenir sans carbone. « Grâce aux tendances technologiques et aux bonnes politiques gouvernementales, la promesse d’une énergie propre 24 h/24 et 7 j/7 sera bientôt à portée de main » selon Pichai. Et en effet, si Google décide d’investir massivement dans les technologies renouvelables, cela profitera certainement à la recherche. Selon l’entreprise, ces projets généreront d’ailleurs plus de 20 000 nouveaux emplois dans les énergies propres et les industries associées d’ici 2025. L’initiative de Facebook et de Google a de grandes chances d’être suivie par Amazon, l’une des entreprises qui possède le plus de data centers à travers le monde.