Les pratiques ancestrales font leur retour

70

En Alsace, les jeunes viticulteurs qui s’installent reprennent des exploitations et les convertissent, ou poursuivent l’activité en bio, dans un souci de préserver l’environnement. Près de Colmar, deux jeunes associés ont décidé, plutôt que de se moderniser, de revenir à des pratiques ancestrales pour cultiver la vigne. Par exemple, ils ont fait venir des moutons dans les vignes pour le désherbage, évitant ainsi l’utilisation de pesticides, et bénéficiant d’un engrais naturel grâce aux déjections. Un cheval de trait est également utilisé pour les vendanges, pour remplacer les tracteurs, plus polluants.  

CONTENU SPONSORISÉ