Brumath – Les mauvaises herbes, on en prend de la graine

Les agents des espaces verts de la ville de Brumath appliquent depuis peu un programme de « gestion différenciée » des massifs, parcs et jardins de la commune: une manière de définir une approche d’entretien spécifique à chaque zone fleurie, pour respecter la nature. Prochainement, des panneaux pédagogiques viendront habiller ces zones afin d’expliquer la démarche aux habitants.

606
Le rond-point du Tilleul de Brumath est le meilleur exemple de ce à quoi peut ressembler cette gestion revisitée des espaces verts. / ©ville de brumath

Depuis 2016, l’utilisation de pesticides a été bannie à Brumath, au bénéfice du désherbage thermique et manuel, laissant place aux herbes folles (ou « mauvaises » herbes) et aux fleurs sauvages sur les parterres communaux. Le rond-point du Tilleul est un bel exemple de cette harmonie entre la ville et la nature. « Moins de tonte, moins d’eau, moins de produits phytosanitaires… Ces petites décisions revêtent de nombreux avantages », explique Éric Jeuch, adjoint au Maire chargé de l’Environnement, de la Forêt, de l’Eau et de l’Assainissement, comme favoriser l’accueil de la biodiversité, économiser l’eau et l’argent public, préserver la qualité de l’air, des sols, mais aussi la santé des habitants.

Une gestion différente vers des objectifs similaires

Les agents des espaces verts sont depuis formés à des méthodes alternatives d’entretien (utilisation de paillage issu de l’élagage, privilège aux plantes vivaces et irrigation planifiée). Cette tendance au « laisser faire contrôlé » s’accélère d’année en année et la commune souhaite désormais en informer plus efficacement les habitants. Dans les prochains jours, des panneaux informatifs seront installés en lieu et place des espaces concernés.  

CONTENUS SPONSORISÉS