Les JO 2024 dans le viseur

Océane Muller, 16 ans, a intégré le CREPS en septembre, et vient de prendre une belle médaille de bronze aux championnats d’Europe juniors de Tir à la Carabine (10m) en Croatie. Son entraîneur lui promet un bel avenir.

0
147

Le terreau était fertile, entre un papa tireur et une maman arbitre, mais encore fallait-il que la graine donne une jolie plante. 

Elle a poussé presque au-delà de toutes les espérances, puisqu’Océane Muller fait déjà partie des meilleurs jeunes du pays, et même d’Europe. À seulement 16 ans, elle vient de décrocher une belle troisième place, à Osijek, face à des concurrentes de 18, 19 ans. « C’est facile de le dire après, mais on voulait au moins atteindre la finale », raconte son entraîneur au CREPS, Martial Anstett. « Elle a fait une très bonne préparation, on sentait que ça pouvait passer. » 

« Une grande battante »

Pour sa première grande compétition à 10 mètres, Océane n’a pas été accablée par la pression. « Elle ne se laisse pas prendre par l’événement, c’est une maturité qu’elle a déjà. »

Et l’histoire aurait pu être encore plus belle. La finale se joue à huit, et tous les douze coups, on élimine la moins bonne. Toujours présente dans les trois dernières, Océane sort pour un dixième de point, et laisse finalement la Danoise Stéphanie Grundsoee s’imposer devant l’Allemande Anna Janssen. 

Originaire de Harthouse, où elle a fait toutes ses gammes, Océane affiche en compétition un visage à la fois serein et déterminé. Son entraîneur voit aussi une fille « de caractère, une grande battante. » 

Mais comment ça se caractérise dans une discipline comme le tir à la carabine ? « On le voit par certains mouvements d’humeur, la manière dont elle va saisir la carabine, on voit dans son regard qu’elle ne lâche pas. Elle se remobilise tout de suite, on voit que c’est reparti ! » 

Déjà repérée depuis quelques années, Océane a participé à quatre stages de cadets nationaux, et « si elle est toujours aussi travailleuse, les Jeux de 2024 sont accessibles ». 

Quant au point fort de la jeune bas-rhinoise, « c’est sa capacité de concentration, qui est supérieure à la moyenne », selon Martial Anstett. « Les prochaines étapes, c’est de passer sur le 50 mètres et d’intégrer petit à petit les seniors. Elle va participer à d’autres compétitions internationales. Si on peut comparer, elle est sur les mêmes temps de passage qu’Alexis Raynaud, médaillé de bronze aux Jeux de Rio. »