Les jeunes se battent contre l’illettrisme

C’est l’une des grandes causes nationales. Dans les milieux de l’éducation, professionnel, culturel, ou dans les échanges avec les autres, tout est un enfer pour les personnes victimes d’illettrisme, car une mauvaise maîtrise de sa langue natale est un facteur d’exclusion. Au collège Val de Moder, Illé’bon, une classe de troisième, engagée dans l’aventure des mini-entreprises, a choisi d’en parler.

0
40

En début d’année scolaire, les quatre classes de troisième du collège Val de Moder ont créé chacune leurs mini-entreprises, aidées par leurs professeurs de technologie, d’arts plastiques et de physique-chimie. 

Des entretiens d’embauche réalisés par de véritables chefs d’entreprise du territoire ont permis de définir les postes de chacun : directeurs de service (commercial, communication-marketing, administratif, technique et financier) et PDG. 

Chaque mini-entreprise a ensuite choisi une cause à défendre et un produit pour la représenter. 

« Au début de l’année, notre classe était divisée : harcèlement, pollution, malnutrition… Finalement, l’illettrisme a été retenu », raconte Laurène, commerciale d’Illé’bon. 

Car pour la classe, « c’est un handicap au quotidien. Les personnes illettrées ne peuvent pas lire une information importante ». Éva, directrice administrative, ajoute : « nous avons organisé un brainstorming afin de trouver une action à réaliser ». 

Après réflexion, ils décident de vendre des petits gâteaux sablés réalisés en forme de lettres, ces dernières au choix du futur consommateur qui peut reconstituer, par exemple, son prénom. Une partie des bénéfices sera reversée à l’association Trampoline de Molsheim qui donne des cours de lecture et d’écriture à des adultes.

Un concours avec Entreprendre Pour Apprendre.

La mini-entreprise Illé’bon a confectionné et vendu des gâteaux au marché de Noël de Pfaffenhoffen. Elle a également participé à une deuxième vente à Reichshoffen le 23 mars dernier. 

Vendredi 3 mai, Entreprendre Pour Apprendre, organisera un concours réunissant toutes les mini-entreprises d’Alsace, au Conseil de l’Europe à Strasbourg. Face à un jury, Illé’bon disposera de quatre minutes pour expliquer le rôle de sa mini-entreprise. Et Lison, PDG de la société, de conclure : « nous allons réaliser des gâteaux bio. Quatre d’entre nous aideront à la fabrication chez le boulanger afin de réduire le coût de fabrication ». 

Et au bout, sans doute une belle récompense !