Les félins d’Alsace du Nord ont leurs bienfaiteurs

L’association L’école du chat libre d’Alsace se mobilise depuis 1997 pour lutter contre la surpopulation des chats errants. Les membres interviennent également contre les vols d’animaux domestiques et contre les maltraitances. Chaque année, ils viennent en aide à des centaines d’animaux en Alsace du Nord.

349
Ce chaton de Betschdorf, pesant seulement 640g à 7 semaines, a été sauvé par l'association.

L’école du chat libre d’Alsace est basée à Sessenheim, mais elle se déplace si besoin dans plusieurs communes du territoire. Elle donne des coups de main à d’autres associations de protection des animaux.

Une vraie entraide existe entre elles. Le but de la structure est de stériliser ou de castrer les chats errants, pour éviter leur surpopulation et les problèmes qui en découlent. Lorsqu’il y a des petits, les membres s’occupent des parents et placent les chatons en famille d’accueil, pour les sociabiliser et les faire adopter. Dès que possible, les petits sont eux aussi stérilisés ou castrés: « Ces sept dernières années, environ 500 chatons ont trouvé un foyer. Toutes nos activités nous demandent beaucoup de travail, mais cela nous fait tellement plaisir d’aider les animaux », explique Jean-Claude Deschamps, l’un des co-fondateurs de l’association qui se bat contre le vol d’animaux domestiques et contre les mauvais traitements. En cas d’empoisonnement par exemple, une enquête est menée pour tenter de résoudre le problème.

Le bonheur des chats fait celui de l’association

Parfois, des matous sont difficiles à capturer. Dans ces cas-là, la grande expérience et le matériel de professionnel des membres leur sont bien utiles. Ils disposent de caisses de piégeage, de caméras infrarouges, de jumelles enregistreuses, etc. Grâce à cela, ils ont notamment aidé Pixar, un mâle qui se promenait dans les rues de Sessenheim, un objet métallique coincé sur la tête. Après de multiples tentatives, ils ont pu le faire soigner et castrer. Jugeant qu’il était plus à l’aise en liberté, ils l’ont relâché dans la commune :
« Nous le voyons tous les jours et nous lui donnons à manger. Depuis que nous nous sommes occupés de lui, il va bien et il est plus sociable. Et pas seulement avec les humains. On le voit partager ses repas avec des hérissons ! », déclare avec soulagement Jean-Claude Deschamps.

Ceux qui ont besoin des services de l’association, ou qui souhaitent lui venir en aide, peuvent appeler le 08 88 86 04 64 ou écrire à lecla@free.fr