Les énergies renouvelables au bout de la pédale

Haguenau a accueilli mi-juin le très informel championnat du monde des énergies renouvelables. 58 entreprises engagées dans le photovoltaïque ou l’éolien s’étaient données rendez-vous pour un week-end plutôt festif.

0
90

Pour organiser cette 3e édition de la « Renewable Energies World Race » (en VO), les équipes de la Pédale de l’Est Haguenau et de son président Jacky Ruez ont soigné l’accueil des 340 coureurs engagés. « On a eu de très bons retours », se félicite d’ailleurs le président du club.

« On avait 15-20% d’étrangers, des Danois, des Allemands, des Italiens, des Belges, ça venait d’un peu partout. » Mais c’est quoi au juste cette course ? On est en fait plus proche du team building que de la compétition pure et dure, même si les entreprises du secteur s’en servent pour piquer un peu leurs collaborateurs.

« Le plus gros, c’est quand même l’aspect convivialité. Ce sont souvent des gens qui se connaissent puisqu’ils sont sur les mêmes marchés. Ils sont parfois concurrents, parfois sous-traitants, c’est une autre façon de se voir et d’échanger. »

Une petite idée qui a bien germé

En 2016, c’est Pascal Choffez, ancien cycliste et employé chez Sun Power qui avait lancé l’idée. C’est aujourd’hui un vrai succès et un moment attendu. L’épreuve est arrivée à Haguenau un peu par hasard. En 2018, Fabien Kayser, vice-président de la PEH et PDG d’Ostwind France, a participé à la « REWR » organisée à Narbonne. Il y était notamment avec une équipe de Tryba de Gundershoffen, et l’idée a germé de ramener la course en Alsace.

Quid du niveau réel de ce championnat du monde ? « Ce n’est même pas tout à fait du niveau amateur », rigole Jacky Ruez. « Sur le total, vous avez peut-être 10% de licenciés vélo… 60-70% qui en font un peu en loisir, et le reste c’est pas loin d’être la seule fois de l’année qu’ils montent sur un vélo ! »

A l’image du président de Huawei France, dont les efforts ont été loués par l’organisateur. « On avait des circuits de 66 km pour les plus aguerris, de 45 km pour les moins sportifs. Ils ont tous adoré les paysages, quand on passe du côté de Batzendorf, Wintershouse… Il y a des paysages magnifiques. » Sans oublier la qualité de l’accueil à l’Alsacienne… « Le vendredi soir, on a fait Pasta Party et puis le samedi, après la course… On ne va pas parler de troisième mi-temps, mais disons que l’esprit fête était bien présent. »

Manifestement, certains s’en souviendront longtemps. En espérant revoir cette drôle et belle de compétition en Alsace du Nord, où les entreprises impliquées dans les énergies renouvelables sont tout de même assez nombreuses.