Les derniers puisatiers

0
261

Puisatiers de père en fils depuis 1843, les Braeuner, de Soultz-sous-Forêts, sont les derniers à maîtriser les techniques traditionnelles d’Outre-Forêt ! Une passion qu’ils ne sont pas prêts d’abandonner.

Avant l’arrivée de l’eau courante, nombreux étaient les puits dans les cours et les jardins. Dans l’Outre-Forêt, ceux-ci étaient faits d’un balancier et d’une pompe en bois, conformément à la tradition locale, alors que, à d’autres endroits, on utilisait davantage la fonte.

De père en fils

Les Braeuner ont conservé le savoir-faire traditionnel, et se le transmettent de père en fils : « Je suis tombé dedans quand j’étais petit », déclare Christian Braeuner, 26 ans, « cela fait 5 ou 6 ans que je travaille. Mon père et mon grand-père m’ont tout appris. Sur demande, nous installons ou réparons des puits dans les communes ou chez des particuliers. » Il travaille avec son père, Claude. Il est bon d’être à deux pour faire tout le travail, notamment pour percer les troncs. « Dans le temps, les gens utilisaient les puits tous les jours, le bois avait alors une meilleure tenue, car il était constamment humide. Maintenant, ce n’est plus le cas. Nous avons alors adapté notre technique vieille de 175 ans, en incorporant de l’inox, pour que cela tienne plus longtemps.»  Mais le bois reste toujours le seul matériau utilisé pour la partie extérieure, celle qui est visible.

Le métier a quelque peu évolué. Du temps du grand-père, avant d’installer un puits, il fallait creuser le sol à la main, sur des dizaines de mètres, ce qui était très difficile, voire dangereux. Aujourd’hui, des foreuses se chargent de creuser, les Braeuner s’occupent du reste.

Un métier devenu rare

Déjà à l’époque où le grand-père travaillait encore, l’activité baissait. Il y avait des puisatiers à Haguenau, Schleithal ou Soufflenheim, mais ils ont aujourd’hui disparu. L’entreprise familiale Braeuner continue à mener cette activité qu’elle affectionne tant, mais elle s’est également diversifiée, en se lançant dans le sanitaire, la zinguerie, le bardage et le chauffage : « Nous créons 1 ou 2 puits dans l’année, cela ne suffit pas. Nous sommes obligés de nous diversifier et de nous spécialiser dans d’autres domaines. Mais, les puits, c’est ce que nous aimons faire, depuis 7 générations maintenant, et nous voulons poursuivre pour conserver ce patrimoine, » ajoute Christian Braeuner.

Lien : www.braeunersarl.com