Les cigognes de retour

Chaque année, les cigognes reviennent à Riedseltz. Ce printemps, les villageois ont découvert avec plaisir que deux nouveaux couples s’étaient également installés dans la commune. Un fait qui est en accord avec les estimations de la LPO, qui a constaté une augmentation du nombre de ces oiseaux symboliques de l’Alsace.

527

Il y a quelque temps, les cigognes sont revenues à Riedseltz et se sont installées dans les huit nids de la commune, dont chaque habitant connaît bien les emplacements : « Elles sont revenues et nous avons même deux nouveaux couples qui se sont arrêtés chez nous », nous dit-on à la mairie. 

Depuis environ une semaine, ces deux couples de cigognes ont dû se construire de nouveaux nids. L’un d’eux se trouve sur l’une des cheminées non utilisées de la mairie, l’autre sur la cheminée de l’ancien presbytère inhabité. Actuellement, les femelles couvent leurs œufs. Dans quelques semaines, les petits seront là !

Un nombre en hausse

Il n’est pas très étonnant que de nouveaux couples soient arrivés, étant donné que les cigognes sont de plus en plus nombreuses dans la région : « Nous avons constaté qu’il y avait une forte augmentation de la population des cigognes en Alsace. Nous estimons leur nombre entre 900 et 1 000 couples. Seuls les couples sont comptés, car, après leur 1ère migration, les jeunes restent en Afrique pendant 3 ans, puis reviennent quand ils sont en âge de se reproduire », explique Camille Fahrner, de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) Alsace.

Les cigognes 

et leurs légendes

La cigogne est l’un des symboles de notre région, et beaucoup de légendes y sont associées. Connaissez-vous celle expliquant leurs couleurs ? On raconte qu’au début, les cigognes étaient blanches. Puis, après une guerre, leurs ailes ont pris la couleur des cendres et leur bec celle du sang. Évidemment, tout le monde sait aussi que les cigognes apportent aux mères leur nouveau-né. On dit qu’elles les cherchent dans le lac situé sous la Cathédrale de Strasbourg, les transportent dans leur bec et les déposent sur le seuil des maisons prêtes à les accueillir…