Les bienfaits du Zoo’n hof

0
159

Les pensionnaires du parc animalier, qui apportent déjà beaucoup de bien-être aux résidents du Sonnenhof de Bischwiller, n’attendent plus que votre visite.

Accueillant plus de 1 000 personnes en situation de handicap mental de tout âge, la Fondation Sonnenhof a toujours possédé des animaux, tout d’abord pour des besoins alimentaires. Les jeunes garçons s’épanouissaient dans l’activité agricole, des produits étaient fournis aux cuisines, d’autres étaient vendus.

Puis les éducateurs ont constaté le bienfait du contact avec les animaux sur les personnes, et le Sonnenhof s’est orienté vers la médiation animale, qui instaure une relation entre la personne handicapée et les animaux, améliore la qualité de vie et facilite les apprentissages.

Les animaux ont été introduits dans les thérapies par le Docteur Othon Printz dès les années 1970. Les premiers enclos et abris ont été construits par les résidents et leurs encadrants. Au fil du temps, c’est un véritable « mini zoo » qui s’est constitué.

Aujourd’hui, il accueille environ 130 animaux de 15 espèces différentes, dans un parc d’une superficie de 2,5 hectares. Chaque semaine, les résidents, adolescents et adultes, veillent au bien-être des animaux et apprennent à effectuer certaines tâches eux-mêmes, comme entretenir l’écurie ou nourrir à la main les poules naines. Il y a également des lapins, des moutons, des ânes, des wallabies, des chèvres, des canards…

Outil pédagogique

En 2014, le mini zoo s’est transformé en « parc animalier pédagogique » appelé Zoo’n hof, avec l’ambition de faire découvrir les animaux aux enfants scolarisés en primaire, par l’intermédiaire des résidents.

L’idée est que ce lieu profite à tous. Actuellement, au Sonnenhof, il n’y a pas de barrière, chacun peut aller librement jusqu’aux grillages des enclos pour apercevoir les animaux mais pour que des visites du parc dans son ensemble soient possibles, un bâtiment, comprenant notamment une infirmerie pour les petits animaux, doit être construit.

Ainsi, le site sera aux normes et les classes, les familles ainsi que les promeneurs pourront eux-aussi approcher les animaux et circuler entre les enclos sur tout le parcours.

« Tout est déjà prêt », confie Céline, membre de l’équipe du Sonnenhof. « Il y a les enclos, les animaux, quelques espaces intérieurs, les panneaux explicatifs… Il ne manque plus que ce bâtiment. Nous avons déjà accueilli des classes pour des visites tests. Cela s’est très bien passé. La visite était en rapport avec leur programme de science et vie de la terre, les enfants ont beaucoup aimé les animaux, et ils sont entrés en contact avec des personnes différentes sans que cela ne pose de problème. Nous sommes impatients de pouvoir accueillir le public. Les personnes en situation de handicap serviront de guide, cela leur permettra de partager leurs connaissances, cela les valorisera et les aidera sur le plan social ».

Un dialogue se créera entre le monde ordinaire et le monde du handicap autour d’un sujet commun : l’animal. Tout le monde en ressortira grandi.

Mais avant cela, le fameux bâtiment manquant doit être construit. Son emplacement est choisi et les plans sont définis. Il comportera une cuisine pour la préparation des aliments, des salles de médiation animale, des salles pédagogiques, une infirmerie, un local administratif , des vestiaires et des toilettes pour les groupes. Une fois cette dernière étape franchie, l’ouverture au public pourra être approuvée par la Direction départementale de la protection des populations et par la Préfecture.

Pour mener à bien ce projet, la Fondation Sonnenhof est encore à la recherche de dons. Toute l’équipe espère recevoir le soutien nécessaire à la réalisation de ce beau projet. Coordonnées sur : www.fondation-sonnenhof.org