Les banques en ligne : qui, quoi, combien ?

Voilà maintenant une vingtaine d’années que les banques en ligne sont présentes sur internet. Autrefois réservées aux technophiles avertis, leur démocratisation récente n’a pourtant pas dissipé le flou autour d’elles : Qui les possède ? À quoi servent-elles ? Et surtout, quelle est la différence par rapport aux « vraies » banques ?

0
69

On compte aujourd’hui plus d’une centaine de banques en ligne, la plupart ne servant qu’au retrait et au paiement sur internet. Pourtant, loin de l’image de simples « coffres forts » numériques, Boursorama Banque, Hello Bank ou encore Fortuneo ont toutes des services plutôt complets (conseillers, livrets, crédits…). Mais si les banques en ligne attirent de plus en plus de clients, c’est surtout parce qu’elles s’inscrivent pour la plupart dans une démarche similaire à celles des offres mobiles « low-cost » des opérateurs historiques. Et ici non plus, la pomme n’est pas tombée très loin de l’arbre.

À qui appartiennent les banques ?

Les banques en ligne n’appartiennent pas toutes aux banques classiques, juste ce sont elles qui canalisent le plus de trafic. En France, elles sont seulement six à offrir un service complet et elles se partagent férocement le marché : Boursorama Banque (1,7 million de portefeuilles), ING
(1 million), Fortuneo (740 000), Hello Bank
(420 000), Mona Banq (340 000) et
B for Bank (215 000).

Parmi ces six cadors, seule ING Direct, toute première banque en ligne fondée en 1997 n’appartient à personne et fait office d’ovni dans ce classement. Fortuneo a été rachetée par le Crédit Mutuel en 2005, juste avant Mona Banq en 2006. De son côté Boursorama Banque appartient à la Société Générale depuis 2002. B for Bank et Hello Bank quant à elles sont différentes ; elles n’ont pas été rachetées, mais ont été créées par les banques elles-mêmes, respectivement par le Crédit Agricole en 2009 et BNP Paribas en 2013.

Le prix à tout prix

Même si les services de ces banques sont très complets, la grande majorité des comparatifs de banques en ligne se focalisent uniquement sur le prix. Selon Stéphane Lormeau, propriétaire de banques-en-ligne.fr (site n°1 des comparateurs de banques en ligne) « Un grand nombre de comparatifs d’offres bancaires se contentent de ne regarder que le prix dans une démarche dénuée d’objectivité, oubliant au passage l’aspect qualitatif de l’offre et des services adossés.»

Alors qu’en 2018 un compte bancaire sur trois avait été ouvert dans des banques en ligne, elles sont au final bien plus connues pour les économies qu’elles permettent de faire et leur côté « pratique » que pour le reste. Pour beaucoup, ces nouvelles banques constituent même l’une des meilleures options pour se séparer des banques « physiques » traditionnelles.