Les atouts du mécénat d’entreprise

Les entreprises incitées fiscalement à faire preuve de générosité.

0
126

Contrairement aux idées reçues, le mécénat n’est pas l’apanage des seules grandes entreprises. Même si elles demeurent encore les plus contributrices au budget du mécénat, une majorité de mécènes se révèle être des TPE et des PME. Un acte de générosité qui, au-delà de l’avantage fiscal qu’il procure, constitue un formidable outil stratégique.

Tour d’horizon des atouts du mécénat pour votre entreprise.

LA CRÉATION DE VALEUR

De nombreuses raisons peuvent motiver les entreprises à devenir mécènes.

D’abord, le mécénat permet d’affirmer un rôle sociétal en contribuant à l’intérêt

général. Une démarche qui, en privilégiant les projets au niveau local, renforce l’ancrage de l’entreprise sur son territoire.

Le mécénat apporte également un supplément de sens au travail, valorisant l’image de l’entreprise, fondée sur des valeurs humaines, et non pas seulement sur le business. Et il crée de la cohésion dans les équipes dès lors que les salariés sont impliqués à l’opération. Une mobilisation interne qui renforce la légitimité de l’engagement solidaire de l’entreprise.

UN GAIN FISCAL NON NÉGLIGEABLE !

Les entreprises qui consentent des dons au profit de certains organismes d’intérêt général peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt significative sur les bénéfices.

En effet, cet avantage fiscal est égal à 60 % du montant des versements, versements retenus dans la limite de 10 000 € ou de 0,5 % du chiffre d’affaires HT de l’entreprise donatrice lorsque ce dernier montant est plus élevé. Il sert à la société à payer l’impôt sur les bénéfices dû au titre de l’exercice de réalisation des dons. Et lorsque cet impôt exigible n’est pas suffisant pour absorber la réduction d’impôt, le reliquat est imputable sur l’impôt dû au titre des 5 exercices suivants.

Précision : les dons peuvent être effectués en numéraire (versement d’une somme d’argent), en nature (don ou prêt d’un bien, réalisation d’une prestation) ou aussi, c’est moins collu, en compétences (mise à disposition d’un salarié) et ce dans des domaines variés (social, culturel, sportif…).

ET LE PARRAINAGE ?

Outre le mécénat, une entreprise peut également pratiquer le parrainage ou sponsoring. Mais attention, alors que le don se réalise sans contrepartie ou avec une contrepartie symbolique très limitée, le parrainage est une opération commerciale dont l’entreprise retire un bénéfice direct et proportionné au soutien qu’elle apporte. En d’autres termes, elle achète un service publicitaire. Du coup, elle n’a pas droit à la réduction d’impôt. La dépense de sponsoring constitue seulement une charge déductible fiscalement de ses résultats, à condition qu’elle ait été engagée dans l’intérêt de l’entreprise.

BIENTÔT UNE NOUVELLE DÉCLARATION

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019, les entreprises qui consentent, au cours d’un exercice, plus de 10 000 € de dons éligibles à la réduction d’impôt mécénat doivent les déclarer, par voie électronique, auprès de l’administration fiscale, dans le même délai que la déclaration de résultats de l’exercice au cours duquel les dons ont été réalisés. Concrètement, l’entreprise doit transmettre, selon des modalités qui restent à préciser

par décret, le montant et la date des dons, l’identité des bénéficiaires ainsi que, le cas échéant, la valeur des biens et services reçus en contrepartie.

Quelques chiffres sur le mécénat en France

Selon le dernier baromètre Admical, le mécénat d’entreprise est en développement continu ces dernières années.

De 2010 à 2016, le nombre d’entreprises ayant déduit des dons au titre du mécénat a ainsi été multiplié par 2,5. Il est passé de 28 000 à 73 500. Dans le même temps, le montant des dons déclarés est passé, lui, de 945 millions d’euros à 1,7 milliard. Et la tendance semble s’être poursuivi sur 2017 puisque le montant de ces dons devrait atteindre la barre des 2 milliards.

Des chiffres qui pourraient se révéler plus élevés en réalité. En effet, une autre étude conduite par Admical avec le CSA démontre qu’en 2017, 50 % des entreprises mécènes ne déclarent pas leurs dons ou ne le font que partiellement. Du coup, l’étude réévalue le nombre d’entreprises mécènes à 9 % du nombre total des entreprises et le total des dons à un chiffre compris entre 3 et 3,6 milliards.

Quant aux domaines qui sont soutenus par le mécénat, le social arrive en tête (28 % des budgets) devant la culture et le patrimoine (25 %), l’éducation (23 %), la santé (11%) et l’environnement (7 %). Et les structures soutenues se révèlent être privées à 83 %. Le mécénat financier représentant 84 % des actions contre 3 % pour le mécénat en nature et 13 % pour le mécénat en compétence.