Les aînés ont eux aussi besoin de soutien

En cette période de confinement, beaucoup de seniors se retrouvent encore plus seuls que d’habitude. En Alsace du Nord, Pascal Schellhorn, Anne Sigrist et Catherine Tête ne les oublient pas. Ils se chargent, notamment, de la livraison de courses, de repas et de médicaments.

0
437
Pascal Schellhorn, Anne Sigrist et Catherine Tete agissent pour les seniors

Toute l’année, Pascal Schellhorn, gérant du magasin Carrefour Contact de Seebach, livre ses produits aux personnes âgées. Du côté de Schleithal, Anne Sigrist, de la boucherie-charcuterie-traiteur Sigrist, livre ses plats du jour et Catherine Tête, agricultrice et présidente de l’association La clé des champs, mène divers projets à l’attention des aînés. Pendant le confinement, tous trois ont souhaité  aider encore plus les personnes isolées. Ensemble, ils ont eu l’idée de leur offrir une soupe, faite par Anne Sigrist avec les courges produites par Catherine Tête. Un cadeau 100 % local, qui réchauffe les corps et les cœurs : « Nous voulions faire un geste envers les seniors.  En même temps que la soupe, nous leur avons donné un numéro auquel ils peuvent nous appeler s’ils ont besoin de quoi que ce soit », raconte l’agricultrice.

Des petits services qui changent le quotidien

Environ 200 soupes sont en train d’être distribuées, à Seebach, Schleithal et dans les communes alentour, mais l’action ne s’arrête pas là. « Lorsque je passe faire mes livraisons, je rends aussi des services. Par exemple, apporter des médicaments achetés à la pharmacie ou prendre des colis à envoyer », précise Pascal Schellhorn. Par ailleurs, l’arrivée des livreurs est l’occasion pour les seniors d’avoir de la compagnie et de discuter, ne serait-ce que pendant quelques minutes : « Chaque semaine, nous apportons des plats du jour et des produits de boucherie-charcuterie à des personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer. Elles attendent notre passage et sont contentes de nous voir. Même si nous ne restons pas longtemps, nous avons toujours un petit mot pour elles et cela les réconforte », conclut Anne Sigrist.

Une bonne soupe faite avec les légumes de Schleithal : les destinataires étaient ravis !