Le virtuose denner #5 premier round du marathon 2019

Fraîchement élu Meilleur Pilote du Monde 2018 par le magazine de sports mécaniques Vroom International, Emilien Denner est de retour en Alsace après 3 semaines intensives de compétition hivernales en Italie. Petit passage obligé dans notre agence avec son papa Eric pour nous relater ces 21 derniers jours de marathon sportif et émotionnel.

0
203

Après 4 journées de tests pour s’adapter à son nouveau matériel Sodikart/TM, Emilien a pris la direction du circuit de Lonato pour aller affronter les 100 meilleurs pilotes du monde de la catégorie reine, la KZ2, lors de la prestigieuse Winter Cup Race. 

Le niveau de compétition est extrême et Emilien en est bien conscient. « On est tous là pour une seule chose, c’est gagner! Le dimanche soir,  il y aura 1 pilote satisfait et 99 déçus », nous lance Emilien. La semaine avait bien démarré pour le jeune prodige schirrheinois, avec des positions régulières dans le Top3 mondial durant les sessions d’essais libres, et même à la 1ère place lors de la très importante dernière session d’essais libres avant les essais qualificatifs. Le pilote F2 de la Ferrari Academy Driver, Giuliano Alesi, se retrouvait quand à lui au-delà de la 70ème position au général à près de 1 seconde au tour du chrono d’Emilien.  

« Je me sentais vraiment bien ! On avait bien bossé avec mon équipe pour affiner les réglages châssis et moteur suivant mes ressentis et l’évolution des conditions de piste, et on était prêts à se battre pour aller chercher la pôle en qualif.» nous explique Emilien. Toutefois une annonce du promoteur de la course juste avant la séance d’essais qualificatifs allait créer un gros coup de théâtre : l’interdiction de démarrer les moteurs pour les chauffer et ajuster leur parfaite carburation !

« Cette annonce a un peu semé la panique auprès des motoristes, et l’effet s’est propagé sur les teams et les pilotes. A mon sens ce n’est pas une bonne décision qui a été prise par les instances fédérales internationales car elle peut directement conduire à une augmentation des casses, et donc des coûts, mais aussi des accidents. Avec cette nouvelle règle, tout devient plus aléatoire. Et c’est cette règle qui a sûrement coûté la pôle position à Emilien. Avec un moteur réglé beaucoup trop riche pour ses qualifs, Emilien doit de se battre avec sa machine pour finalement décrocher la 8ème place dans son groupe. Mon motoriste a voulu jouer la sécurité pour ne pas provoquer de serrage. Mais il est allé un peu trop loin et le moteur recevait beaucoup trop d’essence en bas, dans le mi et à haut régime ! Malgré une grosse déception, j’essayais de relativiser et me disais que mon chrono dans ces conditions n’était pas si mal ! ».. Puis place à 5 courses de manches qualificatives où les 100 pilotes s’affrontent par groupe de 34. Les 5 courses de manches seront parfaites dans la gestion des départs, des pneumatiques, de la vitesse, des variables et toutes étaient couronnées par des dépassements spectaculaires et d’une précision chirurgicale. 

« Ce que je viens de voir est tout simplement impressionnant et fascinant. Ce gamin vient clairement d’une autre
planète ! »
s’extasiait le patron du Team CPB/Sodikart, Paul Bizalion. Emilien remonte dans chacune de ses courses de manche de la 8ème à la 6ème, 4ème, et trois fois à la 3ème place, avec des meilleurs tours en course à la clé. 

Grâce à ses excellentes positions en manches, Emilien se classe à la 4ème place pour le départ de la Superheat (Pré-Finale). Emilien gère bien son départ et se positionne très vite en 3ème position, collé au 2ème à mi-course, mais le pilote ferme constamment et agressivement les lignes pour défendre sa place et bloquer les attaques d’Emilien. A quelques tours de la fin, Emilien le repointe, se trouve à sa hauteur et malheureusement l’autre pilote met un coup de volant. 

Le contact ne peut être évité, mais Emilien se qualifie pour la Grande Finale en 8ème position. S’ensuit un long briefing avec le team manager, mécano et motoriste sur la stratégie qu’il faut adopter pour la finale. « Avec la vitesse que j’avais, on a adopté une stratégie agressive et on a tenté le tout ou rien… malheureusement cela n’a pas fonctionné et m’a un peu désavantagé. La Finale et cette fin de week-end étaient également un peu décevantes pour moi vu les manches fantastiques que j’ai faites ! On a tenté un coup de poker qui n’a donc pas fonctionné, c’est dommage ! ». Emilien finira quand même aux portes du prestigieux Top 10 mondial, à une belle 11ème place.

Pas le temps de rester sur l’amertume d’une course, la prochaine se profile déjà. La 1ère manche des Super Master de la World Series of Karting. Souvent dans les 3 premières places des essais libres, les qualifs collent mieux avec une excellente 2ème place à seulement 24 millièmes de seconde de la pole. « la pole était vraiment jouable, mais dans le tour où j’ai le peak au niveau des pneus, je bute sur un pilote qui avait relâché et j’ai été gêné. Mon théorique était plus d’un dixième plus vite que mon chrono réel ! Sans ce soucis, la pole aurait été assurée, mais ça fait partie de la course… J’étais quand même satisfait de partir en 1ère ligne dans toutes les manches »

Les courses de manches ne se dérouleront pourtant pas comme prévu. Avec une casse du pignon de transmission arrière dans la 1ère manche, Emilien est contraint de rentrer au ralenti dans les box et perdra de nombreuses positions. Un choix de pression puis de rapport le pénaliseront également dans les manches du samedi où il doit rouler défensif pour conserver les meilleures positions possibles. Il s’en tire avec une 9ème place pour le départ de la Pré-Finale du dimanche.  Avec le travail d’analyses et de réglages effectués jusque tard dans la nuit, Emilien peut à nouveau inscrire son nom tout en haut de la feuille des temps au Warm-Up avant la pré-Finale. P1 pour le jeune alsacien ! Il réalisera une Pré-Finale splendide, ponctuée par le meilleur tour en course… une belle 5e place ! La finale sera tout aussi fascinante, et Emilien finira dans le Top10 mondial à une très belle 7ème.

Maintenant cap sur l’immense piste de Sarno, près Naples pour 3 semaines de courses, Trofeo Grifone, World Series of Karting Super Master et Euro Series.