Le très bon cru de la SGO

0
24

La Société de Gymnastique d’Oberhoffen sur Moder a confirmé l’excellence de ses jeunes pousses lors de la dernière revue d’effectif nationale. Quatre gamins ont décroché leur billet pour les France Élite.

La France de la gymnastique va devoir apprendre à placer Oberhoffen sur une carte. Fin octobre, la SGO a envoyé neuf petits gymnastes et confirmé qu’elle disposait « d’un super bon cru », pour reprendre l’expression d’Abla Kabaoui-Bourlett, la chargée de communication du club.

Alors, une revue d’effectif, c’est quoi ? « C’est une convocation des meilleurs jeunes pour une sorte d’évaluation. Chaque année, on rassemble les jeunes des catégories avenirs, espoirs et juniors pour des tests physiques et techniques. Des jeunes qui sont sur les listes ministérielles des athlètes de haut niveau. »

Ils ont une douzaine d’années, et font partie des meilleurs de leur génération. Quatre garçons dans le vent, qui ont « performé » comme on dit, du côté de Montceau-les-Mines.

Et pas qu’un peu ! Amine Zekri-Bourlett (le fils d’Abla, mais ça, on en reparlera peut-être…), Arthur Reinhardt, Khaled Ben Khmila et Tristan Guth ont tous les quatre rempli les minimas qui donnent accès aux championnats de France Elite, qui auront lieu en juin 2019, à Saint-Brieuc.

La récompense pour tout un club

Pour les deux pépites, Amine (appelé en équipe de France en juin dernier) et Arthur (3e des France Elite l’an dernier), c’était attendu. Chez les 13 ans (Espoir), Amine termine premier de tous les tests, suivi de… Arthur !

Deux bonnes surprises sont venues de Tristan, qui n’avait pas réussi les minimas l’année dernière et de Khaled, qui arrivait de Schiltigheim sans aucune référence. Une récompense aussi pour le travail des entraîneurs Célia Capelito et Frédéric Ritter, un ancien de l’équipe de France.

La SGO et ses quelque 300 licenciés observent donc avec gourmandise l’évolution de leurs petits protégés. Un tournoi international se prépare au Luxembourg, et peut leur permettre d’évoluer dans la « ranking list » de la fédération. Alba en a conscience, « rien n’est jamais tout tracé. Ils sont à un âge où beaucoup de choses bougent, leurs corps évoluent, c’est la pré-adolescence. C’est un sport pas facile, où le risque de blessure est présent… Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont une volonté, et des objectifs. ». Des objectifs sans doute placés très, très haut.