Le plan canicule est en place à l’Ehpad

Déjà éprouvés par l’épidémie de coronavirus, les Ehpad se préparent désormais à un potentiel épisode de canicule et doivent s’adapter à de nouveaux enjeux. Car désormais, les établissements pour personnes âgées devront renoncer aux ventilateurs, susceptibles de favoriser la contamination.

0
133

Après la vague du coronavirus, les Ehpad se préparent à la vague de chaleur attendue pour l’été. Selon les prévisions de Météo-France, l’été 2020 devrait être « chaud et particulièrement sec». Comment les établissements accueillant les personnes âgées vont-ils s’adapter avec l’épidémie toujours en cours ? « Ça complique pas mal de choses », admet Arnaud Saint-Dizier, directeur adjoint du groupe hospitalier La Graffenbourg, auquel est rattaché depuis 2009 l’Ehpad La Roselière, à Schweighouse-sur-Moder.

«Nous avons un stock de ventilateurs et les familles aussi peuvent en ramener aux résidents», précise-t-il. Avec de nouvelles contraintes : « S’il est seul dans sa chambre, le résident peut utiliser le ventilateur sans problèmes. Mais si la famille ou un aide-soignant rentre dans sa chambre, il doit être en mesure de pouvoir l’éteindre tout seul », détaille Arnaud Saint-Dizier.

Casse-tête et effectifs réduits

Un casse-tête pour les 45 employés de la structure qui doivent aussi s’adapter, avec de nouvelles consignes : « Les équipes sont vigilantes, il faut aérer au moment opportun, la nuit notamment, tout en faisant attention à la sécurité des résidents », explique Arnaud Saint-Dizier. « On referme les fenêtres tôt le matin et on occulte avec des volets roulants », ajoute-t-il. Parmi les employés de La Roselière, deux agents ont été testés positifs à la Covid-19 pendant le confinement. Deux résidents avaient présenté des signes positifs, mais sans développer le virus.

Pour le plan canicule, l’Ehpad envisage de travailler avec des effectifs réduits, « mais sans que cela impacte le fonctionnement de l’établissement ». L’établissement a fait des stocks de brumisateurs et de bouteilles d’eau ce qui a entraîné des dépenses financières supplémentaires, mais La Roselière bénéficie d’aides de l’État dans le cadre de la Covid.