Le pass Culture pour les jeunes, testé en Alsace

Ce matin-là, en pleines vacances d’été, Jeanne est matinale. Munie de son smartphone, elle se présente à l’accueil du Musée Vodou de Strasbourg, qu’elle s’apprête à visiter gratuitement. « Je teste pour la première fois mon Pass Culture », se réjouit-elle. Comme elle, 150 000 jeunes du Bas-Rhin et de 13 autres départements tests ont été sélectionnés pour participer à une phase d’expérimentation de ce dispositif, promesse de campagne du Président Macron.

0
222
Jeanne teste son Pass Culture ©Julie Helwing

Le pass Culture a pour projet de renforcer l’accès à la culture des jeunes Français, et de diversifier leurs activités culturelles. Dès 2021, il sera proposé à tous les jeunes Français résidant en France, l’année de leurs 18 ans. Il leur suffira d’en faire la demande sur le site dédié, pour se voir octroyer une enveloppe de 500€ à dépenser sur le pass, parmi un large choix de spectacles, visites, cours, livres, musique ou encore services numériques.

Comment ça marche ?

Concrètement, le pass Culture est une application gratuite, qui permet à ses utilisateurs, grâce à la géolocalisation, de repérer, choisir et réserver de nombreux biens et propositions culturels : concerts, théâtres, pratique artistique et même jeux vidéo. L’application leur donne également la possibilité de choisir une date, une catégorie culturelle (regarder, jouer, découvrir…) ainsi que de connaître la somme restante dans leur enveloppe. Ces propositions culturelles font l’objet de plafonds de dépenses, pour encourager la curiosité : les offres en ligne comme la musique en streaming, la vidéo à la demande, la presse et les jeux vidéo en ligne sont plafonnés à 200€, tout comme les biens matériels (livres, CD, DVD, instruments de musique, œuvres d’art). Les sorties culturelles, pratiques artistiques et rencontres, quant à elles, ne font l’objet d’aucun plafond.

Des phases d’expérimentation

Mais en attendant le lancement définitif de ce dispositif, qui se veut co-construit avec ses utilisateurs, plusieurs phases d’expérimentation sont nécessaires. La première d’entre elles a été menée début 2018 avec 500 bêta-testeurs, dans le but notamment de travailler sur le design de l’application. Ces jeunes ont participé à des ateliers réguliers pour développer une première version en mai 2018. La seconde phase a débuté le 1er février 2019. Elle concerne 12 000 bénéficiaires de 18 ans et près de 1 000 acteurs culturels dans cinq départements qui représentent au plus près la réalité et la diversité territoriales, sociales et démographiques du pays : le Finistère, la Guyane, l’Hérault, la Seine-Saint-Denis, et le Bas-Rhin (avec 2500 jeunes à lui seul). Et depuis le mois de juin, le dispositif s’est étendu à l’ensemble des jeunes volontaires de 18 ans, soit 150 000 jeunes dans 14 départements au total. « Tous ces testeurs sont invités à nous envoyer leurs retours sur le fonctionnement de l’application, mais aussi à nous faire part de leurs idées d’offres à y ajouter. Les fonctionnalités de base telles que la réservation sont opérationnelles, mais toujours perfectibles », explique Laurène Taravella, chargée du déploiement du pass. « L’application évolue chaque semaine ».

Les propositions en Alsace du Nord

Tester et partager son expérience, c’est ce que Jeanne, étudiante en sciences du langage à l’Université de Strasbourg, s’attache à faire. Elle a profité de son été pour expérimenter le pass Culture. Elle nous propose désormais sa sélection de sorties et activités possibles en Alsace du Nord et aux alentours. « J’aimerais profiter de cette année pour prendre des cours de piano, et j’ai vu que c’était possible grâce au pass, à l’école municipale des arts de Wissembourg. Ceux qui peuvent se déplacer à Strasbourg pourront même participer à des stages d’improvisation théâtrale, ça a l’air génial », dit-elle. Pour rester dans le domaine, Jeanne était étonnée du nombre de spectacles et concerts proposés. « La MAC de Bischwiller est partenaire du pass et on peut réserver des places pour de très nombreux spectacles. Si je m’y étais prise plus tôt, j’aurais même pu aller voir Manu Payet lorsqu’il est passé cette année. On peut aussi participer à des festivals comme Décibulles, Pelpass, l’Humour des Notes, ou même les Eurockéennes ! En ce qui concerne les biens culturels, on peut trouver un large choix de livres de la Librairie La Marge de Haguenau sur l’application », ajoute-t-elle.

« Le pass me permet aussi d’aller au cinéma de Bischwiller par exemple, et de me rendre dans quelques musées du coin. Pour l’instant, ce sont essentiellement des musées de Strasbourg, mais on peut aussi visiter la Maison Rurale de l’Outre Forêt, ou le Musée Lalique de Wingen sur Moder. On peut même obtenir un pass annuel pour le Pixel Museum, le musée du jeu vidéo de Schiltigheim ». En attendant, Jeanne a trouvé une parade. « Grâce au pass Culture, j’ai pu acheter le Museums-pass à moitié prix. Il me donne accès à 320 musées, châteaux et jardins en France, en Allemagne et en Suisse, dont de nombreux en Alsace du Nord. Cet après-midi, je vais visiter le Fort de Fleckenstein pour la première fois. »

Points d’amélioration

Dès sa première expérience avec le pass Culture dans sa version Bêta, Jeanne a noté les différents points à améliorer. « Parfois, il est plus avantageux pour moi d’utiliser ma carte culture universitaire que le pass ». L’un des enjeux du pass sur le Bas-Rhin est notamment de parvenir à concilier les nombreuses offres culturelles déjà présentes sur le département pour les jeunes. « Il y a quelques fonctionnalités qui ne sont pas au point notamment dans la section recherche. Pour l’instant, il est très difficile de mener une recherche par mots clés, et impossible de rechercher par gamme de prix. On ne peut pas non plus faire une recherche à un endroit précis en tapant Haguenau par exemple, c’est plutôt embêtant », précise l’étudiante qui souhaiterait également voir plus d’offres en dehors des grandes villes comme Strasbourg.

Réunion des utilisateurs du Pass Culture ©Ministère de la Culture

L’offre actualisée quotidiennement

Qu’elle se rassure, l’offre va beaucoup s’étoffer les prochains mois. « Notre objectif est vraiment d’être présent sur tous les secteurs et de couvrir l’ensemble des acteurs culturels du territoire », explique Laurène Taravella. « Pour eux c’est un moyen de communication supplémentaire, et la réservation est gérée directement par la plateforme. On souhaiterait par la suite proposer à ces acteurs culturels des fonctionnalités telles que des données concernant les réservations et le public concerné ». Dès le mois de septembre, par exemple, le Relais culturel de Haguenau va y partager ses nombreux spectacles. Un appel est d’ailleurs régulièrement lancé à ces acteurs.

Et maintenant ?

Le 22 juillet, le Ministère de la Culture a créé une société pour gérer la mission du pass Culture. Le comité stratégique constitué est présidé par Isabelle Giordano. Cette société est chargée « de déployer progressivement le pass sur l’ensemble du territoire, de référencer et mettre en valeur les offres des opérateurs culturels et d’assurer une gestion dynamique des comptes des bénéficiaires », précise le Ministère. Le but est désormais de couvrir tout le territoire français d’ici 2021, et de continuer d’améliorer ce dispositif, pour permettre aux jeunes un accès à la culture toujours plus simplifié et diversifié. 

Obtenez le pass Culture, ou devenez partenaire sur www.pass.culture.fr