Le Pack des Loups

C’est difficile de faire exister un club de football américain en Alsace, même quand on a toutes les infrastructures. Alors le Wolfpack de Haguenau veut faire parler de lui.

0
173

Vous serez peut-être comme bon nombre d’Haguenoviens en découvrant ces lignes : ah bon, on joue au foot américain ici ? C’est en tout cas la réponse qu’ont obtenue dans 90% des cas les membres du Wolfpack lors d’une distribution de tracts pendant le Festival du Houblon.

« On leur a rappelé qu’on existe quand même depuis 2013 », glisse malicieusement Florian Rigaux, le responsable recrutement et sponsoring du club. « Et encore, avant ça, il y avait les Coyotes… » Cette méconnaissance, il la comprend néanmoins et fait amende honorable : « Que ce soit au niveau du club, de la fédé, ou de la commune, il y a eu très peu de communication. C’est dommage parce qu’en 2013, les débuts étaient prometteurs. »

Être au moins 25

Depuis, ça s’est un peu tassé. Les militaires qui composaient l’ossature de l’équipe sont partis, et le club peine à atteindre le petit quota de 25 licenciés pour pouvoir se lancer tranquillement dans sa saison. « Pour l’instant on est une dizaine d’assidus aux entraînements depuis la reprise. » Ce qui est bien sûr insuffisant. Pour recruter, il faut des arguments, et le pire dans tout cela, c’est que ce sport – et le club de Haguenau – n’en manque pas ! D’un point de vue purement sportif, le football américain « s’adresse vraiment à tout le monde. Tous les gabarits vont trouver leur place, un peu comme au rugby ».

Ensuite au niveau des infrastructures, ce qui pourrait toujours faire un peu peur quand on parle de sports mineurs (en tout cas chez nous). Réponse : « On a récupéré l’ancien terrain de rugby, il est tracé pour le foot américain, et on a sans doute le meilleur terrain de la région derrière le synthétique de Strasbourg. On a tous les équipements qu’il faut. »
Le niveau des entraînements ?

« On a un nouveau coach pour les phases offensives et défensives, on a une coach pour le physique, un autre pour les juniors. On a les sacs de frappe, d’entraînement. On peut vraiment progresser très rapidement. » Blindés. Et niveau convivialité, ça donne ? « Il y a toujours une très bonne ambiance avec les autres équipes. On boit un coup, on fait des crêpes… Et en interne, on organise souvent des soirées chez les partenaires, que ce soit un resto ou autre chose. »

Recrutement intensif en septembre

Finalement, on se demande ce qui empêche le développement du club dans une ville comme Haguenau – hormis, on l’a dit, le manque de communication. Le Wolfpack doit valider son enregistrement fin septembre. D’ici là, il aura complété son effectif, ou alors il se sera rapproché de Strasbourg pour créer une entente. Le premier choix, c’est évidemment de défendre les couleurs du Nord Alsace, dans un championnat de foot à 11 ou à 9. Cela dépendra de l’afflux – ou non – de nouveaux joueurs. Mais maintenant que la communication est en marche, ça devrait bien se passer.

Infos sur le site : wolfpack.sportsregions.fr