Lembach – Le manoir retrouve sa splendeur

Vendredi 13 août, j’ai eu la chance de visiter un manoir du 18e siècle. Pas une vieille bâtisse hantée de fantômes, mais le manoir des Fleckenstein à Lembach, fraîchement rénové par ses propriétaires.

372
Le manoir a été classé aux Monuments historiques en 1999

En franchissant le portail, j’ai basculé dans une autre époque. J’ai été accueillie par Jean-Paul Mayeux, qui a acquis le bâtiment dans un triste état en 2015. Avec Denis et Malou Elbel, également propriétaires, ils ont réalisé des travaux pour redonner à ce monument historique son aspect d’origine : « Les documents liés à la construction avaient disparu. Un carottage de la charpente a prouvé que les arbres avaient été coupés en 1738/1739. Nous en avons déduit que le baron Ignace Vitzthum d’Egersberg, époux de Julie Sidonie de Fleckenstein, a fait construire le bâtiment », m’a expliqué Jean-Paul Mayeux. Le lieu est passé ensuite entre les mains de plusieurs familles, il a été victime de pillages et de dégâts dus à des conflits, puis il a été laissé à l’abandon : « Il y avait, entre autres, un pignon qui penchait et la charpente était en mauvais état. Lorsque c’était possible, nous avons réalisé les travaux nous-mêmes. Ce manoir est un coup de cœur, nous tenions à le sauver », poursuit l’heureux propriétaire. 

Les trois défenseurs du patrimoine ont veillé à tous les détails 

La toiture est à nouveau couverte de Biberschwanz, les parquets, cheminées, boiseries et portes d’époque ont été restaurés, les fenêtres ont retrouvé leur forme d’origine : « En retirant des volets, nous avons découvert qu’une fenêtre avait été condamnée et transformée en trompe-l’œil ! Celui-ci nous a aidés à déterminer la forme des carreaux d’autrefois. Il témoigne aussi du passé, avec deux éclats de balles datant de la guerre », souligne Jean-Paul Mayeux. Dans la cuisine, le four à pain, l’évier en grès et le carrelage mural rappellent le 18e siècle. L’électroménager est dissimulé dans les vieux meubles en bois. Le manoir compte également trois salons, dont l’un est équipé d’une armoire encastrée toujours décorée de sa tapisserie fleurie d’époque. Je serais bien restée des heures à écouter cette belle aventure, alors comme les travaux sont presque achevés et que les propriétaires se préparent à accueillir, pourquoi pas, des équipes de tournages de films et du public lors des Journées du patrimoine (inscription obligatoire sur urlz.fr/g7YX), je ne manquerai pas d’y revenir.  

CONTENUS SPONSORISÉS