Le bleu lui irait si bien

Maude Cournut joue au rugby. Une passion qui se transmet de génération en génération, et qui pourrait, un jour, l’amener en équipe de France.

0
1461

Elle revient de Marcoussis des étoiles plein les yeux et avec une ambition renforcée. Le haut-lieu du rugby français a accueilli mi-février les 100 plus solides espoirs du rugby féminin français. Des filles de moins de 18 ans qui sont passées sous les yeux des différents entraîneurs et observateurs de haut niveau. « C’était dur ! », raconte Maude depuis le nord de la France, où elle suit ses cours au Pôle de Villeneuve d’Ascq. 

« On a fait tout un tas de tests, techniques, physiques, des oppositions à 10, à 15… » Le plus beau moment, même s’il a été rapide, c’est quand les joueuses de l’équipe de France leur ont glissé un petit mot d’encouragement. « Elles nous ont dit de nous détendre, de profiter, de ne pas se mettre la pression, c’était vraiment sympa. » 

Passer les portes de Marcoussis, c’est 100% émotion : « C’était incroyable d’être là quelques jours. Ça donne juste envie de revenir ! » Derrière la fraîcheur de cette adolescente d’1m80 commence à poindre une réelle ambition. Le papa, Lionel, a prévenu, « ce sera d’abord les études », et si Maude en convient, elle ne se « fixe aucune limite. L’objectif, pour l’instant, c’est d’intégrer un club de Top 16 la saison prochaine. On verra ensuite, mais c’est sûr que ça fait envie. » 

« le rugby féminin, on commence à en parler dans les médias »

Lionel, rugbyman, dirigeant, aujourd’hui en charge du rugby féminin dans le Bas-Rhin et au club de Haguenau, est forcément très content. « Tant que ma fille est heureuse, c’est le principal. Maintenant, il va falloir trouver un club senior pour évoluer au plus haut niveau. Ce qui est bien, c’est que le rugby féminin, on commence à en parler dans les médias, ça aidera peut-être pour trouver des arrangements avec les écoles ou les Universités. » Vu que Maude aimerait s’orienter vers une carrière de kiné, on imagine que sa filière pourrait se montrer compréhensive sur les contraintes d’une sportive de haut niveau. 

Un vrai potentiel 

Après avoir passé plusieurs étapes de sélections, Maude Cournut fait donc désormais partie d’un cercle restreint de joueuses avec un vrai potentiel. Du grand-père champion de France, au petit frère, Hugo, en formation au Rugby Club Strasbourg (et qui va désormais devoir rebondir après la liquidation du club), la famille s’articule désormais autour de chaînon brillant qu’est Maude. Mais comme le dit l’adage : passe ton bac d’abord.