Laurent Kohler, habité

Ancien sportif de haut niveau (joueur pro de Hockey à l’Étoile Noire de Strasbourg), autodidacte, il est passé par la Société Soprema avant de découvrir le logement social il y a 25 ans. Directeur général très engagé d’Habitat de l’Ill depuis 2010, Laurent Kohler met toute son énergie au service des citoyens et de l’accession à la propriété, pour ceux que ne pensaient pas le devenir un jour. Rencontre avec le DG d’Habitat de l’Ill, au moment où le bailleur social se déploie en Alsace du Nord. Toutes les infos sont sur www.habitatdelill.fr

0
352

Habitat de l’Ill est installé à Illkirch-Graffenstaden, mais votre volonté est de travailler en Alsace du Nord.

Oui, en janvier 2018, nous avons fait l’acquisition de la SEMATH (Société d’économie mixte de Brumath) qui détenait 128 logements aidés. Nous avons la volonté d’apporter des réponses sur le territoire d’Alsace du Nord, comme nous le faisons sur celui de l’Eurométropole avec 2800 logements en gestion (2000 sur Illkirch Graffenstaden). Nous travaillons déjà avec les villes de Hoerdt, Weyersheim, Geudertheim, Mommenheim. Petit à petit nous tissons notre volonté d’accompagner les communes du Nord de la Région. Nous sommes un opérateur à taille humaine qui répond aux préoccupations de l’ensemble des communes et de leurs administrés et qui proposent du logement locatif aidé et des solutions pour devenir propriétaires.

C’est ce que l’on appelle favoriser le parcours résidentiel ?

Oui, nous sommes capables d’accompagner une famille vers le locatif et l’accession à la propriété à des prix maîtrisés et abordables. C’est ce qui fait notre force, cette proximité avec les élus, avec le territoire, comme notre réactivité et notre qualité de service.

Sans oublier d’innover ?

Nous sommes le premier bailleur dans le Grand Est à avoir créer un OFS (Organisme Foncier Solidaire) qui détache le foncier du bâti et qui permet d’apporter de nouvelles réponses à l’accession à la propriété. Ceux qui achètent ne sont pas propriétaires du terrain, mais seulement de leur appartement ; en plus de leur crédit, ils ne payent qu’un loyer mensuel d’un euro par m2. C’est une nouvelle réponse que l’on apporte sur le territoire avec des appartements 30 à 40 % en dessous du prix du marché. Cela se fait principalement en zone tendue ou le foncier est cher, comme à Brumath où nous avons des projets.

En fait, il est facile de devenir propriétaire ?

C’est facile oui, et tout le monde n’y a pas rêvé. Nous apportons une solution aux familles, même les plus modestes peuvent se projeter en devenant propriétaire. Ces logements resteront toujours dans le dispositif d’accession sociale. Quand elles vendront leur bien, elles ne pourront pas spéculer, mais auront constitué un capital qui leur permettra de réinvestir, si elles le souhaitent.

En fait, au lieu de payer un loyer, on se constitue un apport pour plus tard ?

C’est exactement cela.

Et c’est sans risque ?

Oui. Par exemple avec l’OFS, il existe le Pack sécurisation qui comprend la garantie de rachat, de revente et de relogement. Si par exemple un couple se sépare, Habitat de l’Ill proposera des solutions de relogement. L’idée est aussi de permettre aux communes de garder leur jeunesse, car le plus souvent les jeunes n’ont pas la possibilité de se loger, ils partent à 20 ou 30 kilomètres, se déplacent, se retrouvent dans les bouchons, alors que si les communes apportent des solutions en locatifs, en accession, en location-accession, les jeunes restent près de leur famille ou de leur lieu de travail.

Et tout le monde dort
tranquille !

Oui, avec un toit… voilà