Laura Weissbecker, son rendez-vous avec Harvey Weinstein

L’Alsacienne Laura Weissbecker, 35 ans, est devenue une star en Chine grâce à son rôle dans Chinese Zodiac de Jackie Chan. Cette année, elle devait être à l’affiche de deux films, mais leur sortie est repoussée, comme sa prochaine venue dans sa région. Il y a quatre ans, dans son livre « Comment je suis devenue chinoise », elle évoquait un rendez-vous à Cannes avec un homme très influent qui n’était autre que Harvey Weinstein, l’homme accusé d’agressions par 93 femmes (Asia Argento, Rosanna Arquette, Eva Green, Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow…). Comment l’actrice a-t-elle réagi à la condamnation du producteur qui se dit victime du mouvement #me too ? Quand nous l’avons appelé, Laura était au volant de sa voiture, dans les rues de Los Angeles.

0
187

Dans l’un des chapitres de votre ouvrage, vous racontez comment un producteur vous accueille en maillot de bain dans la chambre d’hôtel de son hôtel à Cannes…

Au départ je voulais citer son nom, mais mon éditeur me l’a déconseillé. En 2016, personne n’a cité le passage de mon livre, personne ne parlait de cette affaire. Moi j’avais envie de raconter ce qui s’était passé, je me disais que ça pouvait aider de jeunes actrices.

Que s’est-il passé ce jour-là ?

J’avais rendez-vous avec Harvey Weinstein dans une chambre d’hôtel qui lui servait aussi de bureau. Lors du déjeuner qui précède, j’en parle avec quelqu’un qui le connaît bien. Il évoque sa réputation sulfureuse et me conseille de dire à Weinstein que nous sommes très amis, comme ça je « n’aurai pas de problème ». Juste avant le rendez-vous, je croise une connaissance et pareil, quand je lui dis que je vais voir le producteur, il me dit «Ne prends pas de douche avec lui»! J’ai cru que c’était une blague. J’arrive au rendez-vous, son assistante m’accueille et me prévient de son retard. Il a fini par arriver, en maillot de bain mouillé… On discute un peu, il regarde mon CV, il prend mon DVD, puis il demande à son assistante de quitter la pièce. Il me parle des nombreuses actrices qu’il a fait connaître et avec qui il a couché, il ajoute : « Tu comprends, il y a tellement de gens qui veulent mon aide dans ce métier, moi, je veux bien aider les actrices, mais en échange je veux quelque chose ». Il était très cash. En gros, il me disait « tu veux jouer dans mes films, alors tu couches avec moi ». Et puis, il se lève, me dit qu’il sort de la piscine, qu’il va prendre sa douche et me propose de l’accompagner. Là, je me rends compte que l’histoire de la douche, ce n’était pas une blague.

C’était la première fois que l’on vous proposait de coucher pour obtenir un rôle ?

Non, mais ceux qui se comportent de cette façon sont beaucoup plus manipulateurs. Lui, il était direct. Tu veux travailler avec moi, alors ça se passe comme ça, c’était clair. Mais je ne vois pas le métier de cette façon. Mon agent m’avait dit qu’avec Weinstein, qui était quelqu’un de pouvoir, il fallait le faire « espérer ». Donc, quand il m’a proposé de le suivre dans la douche, j’ai dit que je ne pouvais pas, que j’avais un rendez-vous. Comme il ne respectait que le pouvoir et l’argent, j’ai balancé le nom d’un milliardaire que je ne connaissais même pas. Il m’a dit de le saluer et m’a laissé partir sans problème. Les jours suivants, il m’a appelé tous les jours et au bout d’un moment il s’est lassé.

Pendant son procès, il a déclaré que les choses ont toujours été comme ça, qu’il n’a rien fait de mal finalement. Que pensez-vous de sa condamnation à 23 ans de prison ?

Je pense que c’est normal qu’il soit condamné, car je sais qu’il y a eu des dérapages et des viols. Mais je trouve que 23 ans c’est beaucoup par rapport à d’autres qui sont beaucoup plus dangereux en sortant de prison et qui ont pris beaucoup moins. Harvey Weinstein a abusé de son pouvoir de producteur, mais il n’est pas un danger pour les femmes dans la rue.

Quelle est votre actualité ?

Les castings et les tournages ont été annulés. La sortie de deux films dans lesquels j’ai joué est repoussée, je devais tourner une pub en Allemagne en avril, évidemment tout ça a été annulé. Du coup, je n’ai pas pu repasser par l’Alsace, ce qui me manque beaucoup. J’avais prévu de venir en juin et juillet.