L’art et la machine

L’intelligence artificielle prend du terrain dans une multitude de domaines. Mais s’il en existe un qui semble n’avoir rien en commun avec les algorithmes et la machine, il s’agit bien de l’art. Cependant ;malgré qu’on la considère comme un des atouts exclusifs à l’esprit humain, la créativité inspire de plus en plus les machines.

0
129

Comment définir l’acte de création ? Peut-on résumer l’esprit à un capteur super complexe ? La créativité serait-elle perfectible ?

Des questions philosophiques intenses qui guident depuis quelques années la volonté d’artistes et de chercheurs en intelligence artificielle. Dernière démonstration en date : un couple de chercheurs amateurs a mis au point une intelligence artificielle capable d’identifier avec précision l’authenticité des peintures de Rembrandt ; l’un des artistes les plus usurpés par les faussaires.

La fibre artistique

L’IA est largement évoquée en sciences, dans la robotique, la santé et plus récemment dans l’agriculture. Moins dans le rayon de l’art. Pourtant, il y a déjà près d’un an, le premier tableau entièrement réalisé par une intelligence artificielle a été mis en vente. Le collectif Obvious, un regroupement d’artistes et de chercheurs français, a conçu un outil baptisé Generative Adversarial Networks (GANs), un algorithme capable de créer des peintures réalistes et cohérentes. En se basant sur 15 000 portraits peints entre le 14e et le 20e siècle, l’IA a peint elle-même une série de 11 portraits représentant une famille fictive, les Belamy. Le «Portrait d’Edmond de Belamy», vendu au sein de la maison Christie’s à New York a même trouvé acquéreur pour la modique somme de 435 000 dollars.

Mais pas la conscience

Sur le même modèle de « machine learning » , le site 9GANS.com propose
9 nouvelles œuvres d’art toutes les heures. Des œuvres uniques, mais pas moins « inspirées » tant elles pourraient avoir été peintes par des hommes. Une véritable démonstration technique : l’IA en se basant sur une large palette de techniques picturales est capable de réaliser de tableaux tantôt romantiques, impressionnistes, hyperréalistes, abstraits ou figuratifs.

L’intelligence artificielle n’est pas pensante pour autant ; lorsqu’elle crée, comme lorsqu’elle aide à reconnaître des contrefaçons, elle se repose sur une base de données. Et même si certains tableaux semblent évoquer une émotion, les intelligences artificielles comme GANs n’en ressentent pas.

De manière pragmatique, dans le domaine de l’art, l’IA n’est pour l’instant utilisée qu’en matière de travail de reconstitution et d’authentification.