L’arrivée du « Métavers », de A à Z

Facebook prévoit d’embaucher 10 000 personnes d’ici cinq ans dans l’Union européenne afin de travailler sur son « métavers », un «univers parallèle» entièrement numérique. Pour ce faire, le groupe vient d’annoncer un investissement de 10 milliards de dollars tandis que des rumeurs courent sur son chan-gement de nom.

106
En 2016, Mark Zuckerberg avait créé l’évènement en faisant porter des casques de réalité virtuelle à toute une assemblée lors d’un salon. / ©facebook

En août dernier, notre rubrique mentionnait la volonté de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, d’accélérer le développement des casques de réalité virtuelle « Oculus », pour les intégrer durablement au monde de l’entreprise. Une petite révolution en soi, tirée directement des œuvres de science-fiction. Même si, pour le géant des réseaux sociaux, il s’agit seulement d’une première étape vers son grand projet: mener l’humanité vers un nouveau stade d’interconnectivité ; le « métavers », une sorte de doublure numérique du monde physique, accessible uniquement via ces fameux casques, à la manière du film Ready Player One ou de la trilogie Matrix.

Une nouvelle ère pour la communication ?

Les recherches progressent vite, très vite. Selon le média spécialisé The Verge, Mark Zuckerberg pourrait d’ailleurs annoncer dès le début du mois un nouveau nom pour sa société. Le groupe Facebook serait scindé en deux pour séparer son activité réseaux sociaux (Instagram, What’s App) et sa division « reality labs » (traduisible en « laboratoire du réel » ) dédiée à ses projets liés au métavers. Le nouveau nom pressenti pour cet ensemble serait « Horizon », déjà utilisé par le groupe depuis 2018 pour ses recherches sur la réalité augmentée. Aucun détail précis n’a été donné sur les pays où seront localisés les futurs emplois ni sur les métiers concernés pour parvenir à cet objectif, même si la France, l’Allemagne ou le Benelux figurent parmi les favoris grâce à leurs formations d’ingénieurs hautement spécialisés.

… Une simple fuite vers l’avant ?

Pour certains, l’avalanche d’annonces et de promesses du groupe coïncide étrangement avec les turbulences inédites qu’il traverse. Fin septembre, le Wall Street Journal détaillait les errances du réseau social – notamment ses lacunes de modération, et son mutisme face à des rapports accablants, pointant du doigt l’effet délétère de Facebook sur la santé mentale des plus jeunes. La semaine dernière, des dizaines d’articles ont été publiés par un consortium de médias, dont Le Monde, attaquant une nouvelle fois l’entreprise sur plusieurs de ses mensonges (notamment au sujet de sa prétendue lutte contre les fake news). Selon les observateurs, pour amorcer sa nouvelle vie vers le métavers, et inspirer à nouveau la confiance auprès des investisseurs, l’entreprise devrait donc opérer des changements profonds dans les semaines à venir.

CONTENUS SPONSORISÉS