L’amour houblonné des brasseurs amateurs

Depuis sa création en 2017, l’Association Brumathoise des Brasseurs Amateurs, l’ABBA perpétue les traditions de l’Alsace, car, comme le savent les consommateurs et même ceux qui ne boivent jamais une gorgée de ce breuvage, notre région entretient une relation fusionnelle avec la bière artisanale. L’association ne rate pas une occasion d’être présente sur les évènements locaux, comme la foire aux oignons ou le marché de Noël de Brumath ce week-end.

0
81

L’ABBA est composée d’une quinzaine de membres fondateurs qui viennent d’horizons professionnels très différents, il y a des enseignants, des juristes, des aide-soignants ou des retraités. Elle a été créée par Yves Guyonnet et Michael Thomas, deux Brumathois passionnés de bières artisanales.

Sans être brasseurs de métier, ils se sont lancés dans le défi fou d’inventer leur propre « brassin », résultat d’un processus très complexe de dosage et de fermentation. Pour Yves Guyonnet, le président de l’association et seul membre à maîtriser le processus, « essayer de fabriquer cette fameuse potion magique est aussi important que de tisser du lien entre les gens qui la boivent. C’est la double mission de l’ABBA ».

Le local de la Brasserie Tri-Bock

En France, chaque personne a le droit de produire une centaine de litres de bière par an. En 2017, l’association en a produit un peu plus, 110. Pour Yves Guyonnet, c’est la preuve que l’association ne cherche pas le profit. « L’objectif est de rentrer dans nos frais tout en proposant le meilleur produit possible avec l’idée forte de réunir des gens autour d’un projet commun. Une philosophie qui se ressent clairement dans l’esprit de leur local où les membres de l’association se réunissent pour suivre les différentes étapes de fabrication et partager un moment dans cette pièce modeste, le cadre de la « Brasserie Tri-Bock », baptisée comme cela en référence à l’ancienne tribu peuplant
Brumath .»

Localement et respectueusement

Les matières premières (orge, eau et houblons) sont issues des environs de Brumath, et sans l’agrément « agriculture biologique », ils sont tous de provenance naturelle : « On veut boire quelque chose de bon, un produit dont on connaît la provenance et le processus. Malheureusement, sur le papier, nous ne pouvons pas garantir un produit bio, l’appellation étant plus contraignante qu’autre chose, mais, à part le produit vaisselle qui lui aussi est écologique, on utilise 0 % de produit chimique », raconte le président qui comme les membres de l’association, fait tout pour diminuer les dépenses énergétiques. Ils utilisent un circuit fermé pour refroidir les brassins avec de l’eau de pluie. Dans le même esprit, ils économisent le grain en redistribuant le surplus à d’autres producteurs qui en auraient besoin. Le territoire alsacien est constellé de brasseurs. Grâce à de grandes marques comme Kronenbourg ou Fischer, 6 bières sur 10 consommées en France proviennent de brasseries alsaciennes, mais « toutes ne sont pas aussi représentatives du terroir alsacien comme pourrait l’être la production ABBA », remarquent les brasseurs. 

Et la suite ?

L’association n’exclut pas de produire un peu plus, et pourquoi pas à l’occasion d’un évènement autour de la St-Patrick, une journée finalement peu fêtée en Alsace. Dernièrement, Yves Guyonnet et les autres brasseurs amateurs ont imaginé produire des bières sans alcool, un projet qui pourrait voir le jour en 2020.

En attendant la suite, et pour mieux la connaître, il sera possible de rencontrer l’équipe des brasseurs amateurs ce samedi 7 décembre au marché de Noël dans la cour du château de Brumath. Ils y vendront quelques bières et proposeront à la dégustation une cervoise gallo-romaine, confectionnée dans la tradition, comme une évidence.

Pour toute demande d’information ou d’adhésion, vous pouvez contacter le mail abba.tribock@gmail.com.