L’Alsace, territoire de Pétrole, 124 ans avant la Pennsylvanie

La première exploitation de pétrole est née en 1735 au pied des Vosges alors que l’histoire situe le démarrage de cette activité en 1859 à Titusville. En fait, les Américains avaient 124 ans de retard sur les Alsaciens. Cette saga sans pareille est racontée dans un livre publié par la Région Grand Est et Lieux Dits éditions L’invention du pétrole à Pechelbronn. L’occasion pour Maxi Flash de se pencher sur le berceau du pétrole.

51
Pompe à balancier mise en scène devant le musée français du Pétrole. ©Lionel Hirlé

L’histoire s’efface un peu, mais il reste le patrimoine, le souvenir du savoir-faire. Même s’il n’existe plus aujourd’hui d’industrie pétrolière à Pechelbronn, les pompes à balancier, éléments remarquables de notre civilisation, sont encore présentes dans le paysage. Il reste aussi un riche héritage architectural avec de nombreux bâtiments d’habitation de l’époque et les carreaux miniers. Ce patrimoine est mis en valeur toute l’année par le Musée Français du Pétrole (M.F.P), et aujourd’hui avec ce livre écrit par Frank Schwarz, chercheur « Patrimoine Industriel » avec la collaboration de Jérôme Raimbault. Cet ouvrage est le prolongement d’une enquête thématique menée par le Service Inventaire et Patrimoines de la Région Grand Est, avec la coopération de la communauté de communes Sauer-Pechelbronn et du M.F.P.. Rappelons que l’Inventaire général du patrimoine culturel est un service de l’État créé par André Malraux en 1964. Il consiste à recenser, étudier et faire connaître les éléments du patrimoine qui représentent un intérêt culturel, historique ou scientifique. À ce jour, le service a effectué 54 000 études.

Terril du carreau Le Bel. 2e quart du 20e siècle.

Les origines de l’huile minérale

Du latin petroleum, le terme pétrole signifie huile de roche ou huile minérale. Dans le livre de Frank Schwarz, on apprend qu’elle a été utilisée dès le Moyen âge. Ce liquide odorant, gras, foncé aux reflets fluorescents a très tôt révélé ses vertus curatives et lubrifiantes. Dès le XVIe siècle, l’huile minérale a été utilisée pour guérir les plaies. Le médecin attitré de la ville de Haguenau a présenté cette préparation comme le remède souverain contre les douleurs rhumatismales. Les propriétés de l’huile minérale de Pechelbronn ont aiguisé les convoitises et ouvert la voie aux premiers affermages. Avec le moteur à explosion au milieu du XIXe siècle, son utilisation comme carburant a contribué à révolutionner l’économie mondiale.

L’ouvrage raconte cette incroyable épopée, les quatre générations de la famille Le Bel qui ont régné sur la compagnie d’exploitation pendant 150 ans, mais aussi l’histoire du village devenu Merckwiller-Pechelbronn en 1922, le développement exceptionnel de ce qui était le centre industriel d’Alsace du Nord.

 

En vente à 11€ au musée français du Pétrole, en librairies et sur www.lieuxdits.fr

Le 1er employeur de la région obligé de stopper ses activités

Après trois millions trois cent mille tonnes, pas une goutte de plus, tout s’est arrêté en 1970. Pour le territoire, ce fut un séisme. Car au plus fort de l’exploitation en 1926, 3 400 personnes y travaillaient, c’était le 1er employeur du département sur une concession totale de 44 000 ha, avec 650 pompes qui fonctionnaient simultanément
(5 000 forages ont été effectués, 2 500 ont été productifs). Le paysage ressemblait à celui du Texas. Cette aventure industrielle a façonné l’identité du territoire. L’ouvrage qui vient de sortir raconte brillamment 500 ans d’histoire sur la terre des origines du pétrole.


 

Le Karichschmiermann

Le vendeur ambulant transporte une graisse noire qu’il propose aux paysans, la clientèle traditionnelle de cette production locale. C’est Louis Hebting (1854-1933) qui incarne le Karichschmiermann. Il s’est installé comme agriculteur à Schoenenbourg, mais il laisse sa famille s’occuper de l’exploitation et sillonne les routes d’Outre-Forêt. Le marchand de graisse pousse son véhicule d’un pas léger, comme si son travail était hors du temps. Sa silhouette indissociable de sa brouette est connue dans toute l’Alsace du Nord. Au pays du pétrole, la fabrication de la graisse d’asphalte, servant à lubrifier les essieux des chariots, a donné naissance à la figure emblématique du pays de Pechelbronn. Ce tableau éponyme de Philippe Kamm est peint en 1926. En 1970, la commune de Merkwiller- Pechelbronn l’expose dans sa salle du conseil.

CONTENUS SPONSORISÉS