L’Alsace au Top à Paris

Toute l’Alsace en a parlé, chaque Alsacien qui passe sur la plus belle avenue du monde la regarde et en est fier, mais la connaît-on vraiment cette Maison de l’Alsace ? Achetée quelques millions de francs en 1967, elle aurait pu être vendue une centaine de millions d’Euros, mais la volonté de Frédéric Bierry et de Brigitte Klinkert, les deux présidents de Département, était de la garder.

0
270

Depuis 2016, les Départements la louent à un groupe d’actionnaires mené par Dominique Formhals, le patron d’Aquatique show International, une société commerciale composée d’entrepreneurs leaders en Alsace, MDA Partner’s. Des dizaines d’entreprises ont adopté ce centre d’affaires pour de l’évènementiel ou du coworking, et profitent des cinq étages du 39 Champs-Élysées. Un atout pour faire rayonner notre région, aujourd’hui et demain.

La Maison de l’Alsace, qui était un office de tourisme délocalisé à Paris, aurait pu être vendue au milieu des années 2010, mais un groupe d’actionnaires a proposé une solution au bon moment. Aquatique show International, Soprema, Solinest et CroisiEurope, ont investi dans cet outil sans jamais oublier d’où elles viennent. Elles ont associé leurs forces de géant et gèrent désormais la MDA, qui appartient toujours aux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Cette maison est à la fois un nouveau souffle, mais aussi un ancrage dans les traditions et la culture de l’Alsace à qui l’on reproche souvent d’être passéiste, mais qui regarde résolument devant elle.

Aujourd’hui, ce bâtiment est un centre d’affaires dont l’objectif est d’exporter l’Alsace à partir des Champs-Élysées. Des entreprises du monde entier, pas seulement des alsaciennes, y louent des locaux de différentes tailles, de la salle de conférence ultra connectée au Rooftop, un espace événementiel sous verrière, une vue à 180 degrés sur la Tour Eiffel, les Invalides, la Tour Montparnasse, l’Arc de Triomphe.

Bienvenue à la maison

Les sociétés alsaciennes sont rassemblées dans le Club de 100, dirigé par Pierre Loeb, diplômé de l’ICN Business School, de l’Institut supérieur européen du lobbying. Ce jeune homme brillant a notamment travaillé au sein du cabinet de Frédéric Bierry sur les dossiers liés à l’Europe, à l’économie et au tourisme.

Pour lui, la MDA est la porte d’entrée internationale de l’Alsace : « Elle valorise l’économie, mais aussi les artistes, les sportifs, ceux qui font rayonner l’Alsace. Nous recevons le Racing Club de Strasbourg régulièrement, comme récemment pour la victoire en Coupe de la ligue, ou encore la SIG qui a fêté sa victoire en coupe de France l’an dernier, et de nombreuses personnalités. C’est une vitrine, une ambassade de l’Alsace ouverte à tous, les acteurs économiques, les acteurs culturels, les différents réseaux et les cercles d’influence. Avec plus de 1500 m² sur les Champs Élysées, c’est exceptionnel ». Car l’Alsace n’est pas seulement Tomi Ungerer, Alex Lutz, Sébastien Loeb ou Mat Pokora, c’est aussi les entreprises et les marques alsaciennes qui représentent le premier cercle d’ambassadeurs à l’international. À l’heure où le service public manque de moyen, où les besoins de développer des partenariats public-privés sont de plus en plus importants, cette maison les accélère au cœur de l’Europe et des nouveaux projets qui émergent. Et Pierre Loeb de citer Pierre Pflimlin : « Je suis alsacien, donc je suis européen ». Pour lui, aucun doute, la région à son rôle à jouer dans la nouvelle Europe qui se dessine.

Cette MDA n’est pas le rouge et le blanc, pas cette Alsace refermée sur elle-même, mais cette Alsace qui est aussi française et européenne. « Tout est encore à faire », affirme Pierre Loeb, dans cette Alsace qui va renaître de ses cendres avec une nouvelle collectivité en 2021. À chaque étage de la MDA, il y a des citations d’Alsaciens inscrits sur les murs : « Être Alsacien c’est ouvrir des passerelles entre les peuples », de l’écrivain André Weckmann. Tout est dit.

L’Alsace de demain

L’Alsace est la seule région de France à posséder un tel bijou. La région brille et va continuer à briller, car, au-delà de la MDA, ses réseaux et ses personnalités fortes sont nombreux. Elles sont parfois connues, parfois beaucoup moins, mais leur rôle et leur influence sur la marche du monde sont parfois insoupçonnables. Toutes ces personnalités passent par la maison de l’Alsace, se réunissent régulièrement avec un objectif clair, permettre l’émergence de nouveaux talents. On peut espérer qu’un jour proche, ceux qui quitteront l’Alsace pour réussir ailleurs seront mieux vus qu’aujourd’hui, car les exemples d’Alsaciens ayant fait ce choix sont nombreux, mais ils ne trouvent que rarement la reconnaissance, comme si cela gênait les Alsaciens de les voir «gagner» ailleurs, sans eux, peut-être. On n’aime pas ça, on leur en veut parfois sans savoir vraiment pourquoi.

Cela va changer, et la MDA existe aussi pour raconter cette histoire-là, l’histoire de l’Alsace et de tous les Alsaciens. « C’est pour cela qu’il faut parler d’une ambassade à Paris », affirme Pierre Loeb. « Car, comme l’ambassade, elle a un principe d’extra-territorialité. Évidemment ce n’est pas institutionnel, politique ou géopolitique, ce bâtiment n’est pas là pour faire le lien direct avec l’Assemblée, mais cet esprit d’extraterritorialité fait que l’on se retrouve en Alsace, sur les Champs Élysées.» Quand Marc Keller fait signer un nouveau joueur au Racing, le désir du joueur est de signer à Paris où il y a plus de retombées médiatiques, plus de médias. De leur côté, les supporters veulent voir la signature en Alsace. Avec la MDA, le vœu de chacun est possible. C’est un exemple, il y en a d’autres, car, en fait, chaque Alsacien qui passe par la Maison de l’Alsace est un ambassadeur de la région et participe à son rayonnement.

Un rooftop sur les Champs.

« À Paris, l’Alsace sait recevoir en toute convivialité », explique Marie Guerra, responsable communication et relations publiques. La Maison de l’Alsace est située en plein cœur du quartier des affaires, juste au-dessus du restaurant avec lequel toutes les complémentarités sont possibles. Toutes les entreprises peuvent louer des salons de prestige ou des salles de réunions spacieuses, confortables et bien équipées, pour recevoir leurs clients ou collaborateurs sur plusieurs étages et tout en haut, il existe une bulle, une salle en rooftop, un espace événementiel sous verrière qui surplombe l’ancienne armature haussmannienne. C’est évidemment, la plus belle vue sur les toits de Paris.