Laetitia Bléger, un cran au-dessus

190
Laetitia Bléger ©Jean-Philippe Bloch

Elle avait promis de planter le drapeau de l’association Franck, un rayon de soleil à 6962 mètres, au sommet de l’Aconcagua en Argentine, le plus haut des Amériques, et elle a réussi en allant chercher au plus profond d’elle-même le courage, la force, le cran indispensable pour cet exploit hors du commun.

Maxi Flash l’a laissée atterrir avant de lui passer un coup de fil. Elle nous a parlé de l’aventure sportive, mais aussi de l’aventure humaine : « C’est incroyable, on était douze nationalités différentes. J’ai appris beaucoup de choses pour la suite. J’ai eu extrêmement froid parce que je n’avais pas choisi le bon sac de couchage. Les quatre nuits avant le sommet, je n’ai pas fermé l’œil, c’était compliqué, j’étais extrêmement fatiguée, je dormais en marchant, mais l’envie était là. J’en rêvais, de ce sommet, depuis des années ». Ce rêve a été possible grâce à une fenêtre météo, c’était maintenant et pas le lendemain où le vent a atteint 100 km/h et aux conseils d’un guide qui en était à son 55e sommet :
« Il était tellement bienveillant, il insistait sur l’hydratation, j’ai bu 5 à 6 litres d’eau par jour, c’est hyper important à ces altitudes ».

En juin, la Colmarienne fera l’ascension du Mont-Blanc qui n’est jamais une formalité. Une autre expérience, avec un sac de couchage forcément adapté. Puis, le Népal est à l’horizon, à l’automne, pour un 7000 mètres, avec un cœur gros comme ça, un cœur nourri par cette passion dévorante des sommets. En attendant, elle se ressource dans un vrai petit coin de paradis où elle passe une grande partie de sa vie, en Suisse, entourée d’amour et de… montagnes.

CONTENUS SPONSORISÉS