La Kia ProCeed part en chasse

Rien ne semble pouvoir arrêter Kia. Le constructeur coréen enchaîne les audaces et dépasse tous ses objectifs de vente en Europe. Avec la ProCeed, le fleuron du pays du Matin calme se paie même le luxe d’aller chasser sur les terres de Mercedes et de ses shooting breaks.

0
63

Kia a le sourire. On l’aurait pour moins. Le département français vient d’enregistrer de nouveaux records de vente avec 42 313 véhicules écoulés dans l’Hexagone l’an passé. C’est une progression de 14 % par rapport à 2017, là où l’ensemble du secteur n’a crû «que» de 3 %. Sur le marché des voitures particulières, Fiat et Opel, qui en représentent 3,1 et 3,3 %, peuvent désormais regarder dans leurs rétroviseurs. Kia est à portée d’accélération après avoir doublé son grand frère Hyundai (2,1 %) et Nissan. Pour 2019, la maque mise sur une hausse de 8 % avec la barre des 46 000 ventes en ligne de mire. Une bonne santé qui récompense le travail réalisé par Kia ces dernières années et une audace de tous les instants : Ceed modernisée, premier SUV compact 100 % électrique généraliste avec l’e-Niro, catalogue couvrant désormais tous les besoins et montée en gamme indéniable… le constructeur a su faire feu de tout bois. Et ce n’est pas l’arrivée de la nouvelle génération de la ProCeed qui viendra enrayer cette belle dynamique. Kia mise désormais sur son concept détonnant qui vient chasser sur les terres sacrées de Mercedes et de ses shooting breaks.

Proposition indécente

En perdant son apostrophe – Kia ayant décidé de calmer sa monomanie sur la ponctuation –, la ProCeed a en effet délaissé sa carrosserie 3-portes pour adopter celle d’un break de chasse. La formule est finalement assez simple. À la manière de ce qu’a fait Mercedes avec son CLS en 2012, Kia a pris sa Ceed en version SW, a découpé tout ce qui dépassait de son pare-brise et a déposé un toit fuyant, 5 cm plus bas que la déclinaison break, dont la courbe vient lécher avec délectation le très séduisant bandeau arrière. Le break prend ainsi des allures de coupé sportif.

L’arrière ressemble d’ailleurs beaucoup à celui des dernières productions de Porsche. De dos et de profil, on pense ainsi immédiatement à la Panamera Sport Turismo. Une chose est sûre, la ProCeed fait le pari du style. Au détriment de l’habitabilité ? Un peu… Les passagers disposent de fait de peu de hauteur de tête à l’arrière, mais l’amputation n’est pas si importante puisque le pavillon culmine à 950 mm, ce qui est déjà mieux que sur une Peugeot 308 SW ou sur une Renault Mégane Estate. Le coffre perd aussi du volume mais de manière contenue, atteignant ici 594 l, ce qui le place dans la moyenne du segment. Il faut dire que la version SW était particulièrement généreuse en termes d’accueil.

À l’intérieur, on retrouve la proposition découverte sur la nouvelle Ceed, témoin des impressionnants progrès réalisés par Kia en termes de qualité perçue. La proposition ne brille pas par son originalité, mais ne souffre aucun reproche. Les technologies de pointe sont au menu de ce programme cohérent : freinage autonome d’urgence avec détection des piétons, système d’alerte de franchissement de ligne, feux de route automatiques, détecteur de fatigue, régulateur de vitesse adaptatif avec maintien dans la ligne, sièges chauffants et ventilés, volant en cuir chauffant… rien ne manque à l’appel si ce n’est, peut-être, l’instrumentation digitale.

Le prix à payer

À dotation égale, il n’y a finalement que 1 000 € d’écart entre la Ceed SW et la ProCeed. Kia a toutefois choisi de positionner son break de chasse de manière plus exclusive. En bonne diva, la ProCeed dédaigne ainsi les deux premiers niveaux de finition de la marque et n’est disponible qu’à partir de l’entrée GT Line, à 26 590 €. Le ticket d’entrée est ainsi plus cher de 4 600 €, même si la dotation suit. Sous le capot, on retrouve 3-cylindres 1 l T-GDI 120 ch en entrée de gamme essence, un nouveau 1,4 l 140 ch et, le remarquable 1,6 turbo de 204 ch dont le caractère sied parfaitement à cette ProCeed au comportement très sûr, mais sans coup de folie. On regrette cependant l’absence d’un bloc plus puissant qui conférerait à la ProCeed un véritable ADN de shooting break. Comme l’ensemble des constructeurs asiatiques, Kia tourne petit à petit le dos au diesel avec un seul choix au catalogue, le solide 1,6 l CRDi de 136 ch.

Avec son positionnement haut de gamme, son style ravageur, ses tarifs raisonnables pour les prestations, son comportement sans faille et son confort irréprochable, la nouvelle ProCeed est ainsi une excellente surprise qui prouve que Kia est plus que jamais dans une bonne dynamique.