La France, c’est Joséphine ?

85

Joséphine Baker est entrée au Panthéon. La cérémonie était belle et l’émotion au rendez-vous, car la plus française des Américaines est un exemple, une inspiration pour la jeunesse et pour tous les êtres humains qui souhaitent vivre en respectant leurs prochains, en respectant la vie tout simplement. Joséphine Baker a construit sa famille, une famille nombreuse de douze enfants adoptés, c’était sa tribu arc-en-ciel, et comme le dit l’un de ses fils, c’était éminemment politique. Dans sa pensée il n’y avait pas de place pour le rejet, la haine et la guerre, juste pour la solidarité, le partage, la fraternité, l’engagement, la liberté. Tous ces mots que l’on doit répéter sans cesse pour qu’ils survivent, ces mots que beaucoup trop de ceux qui ont la parole essayent de réduire à rien pour mieux imposer leurs discours répugnants. Joséphine Baker au Panthéon, c’est un symbole fort. Très fort. « La France, c’est Joséphine » a conclu le Président lors de la cérémonie, et j’avais les larmes aux yeux. Elles reviennent en écrivant ses mots. Notre pays doit rester cela, un pays de tolérance, de résistance, un pays où le modèle est la vision de la vie de Joséphine Baker. Joséphine Baker. Que ce nom est beau ! Joséphine Baker est au panthéon de notre cœur. Ce n’est pas un patriotisme exalté qui a fait battre mon cœur, cela serait réducteur, mais l’émotion m’envahit parce que je crois qu’une grande, une très grande majorité d’entre nous se reconnaît en Joséphine Baker. Et je trouve cela de toute beauté.

CONTENUS SPONSORISÉS