Dalhunden envisage l’installation d’une centrale photovoltaïque flottante

L’équipe municipale de Dalhunden mène un projet ambitieux : mettre en place, sur une gravière non exploitée, une centrale flottante pour montrer qu’il est possible d’allier écologie et économie.

369

Pour contribuer au Plan Climat Air Énergie Territorial et faire baisser les concentrations de CO2, le village a lancé plusieurs actions, comme une modification de l’éclairage public ou l’acquisition d’un véhicule électrique. Il étudie aussi la possibilité d’isoler les bâtiments communaux et de les équiper de panneaux photovoltaïques.

Un autre projet lui a permis de remporter, fin 2020, un Trophée des collectivités dans la catégorie Développement durable et qualité de vie : la mise en place d’une centrale photovoltaïque flottante sur une gravière : « La gravière n’est plus exploitée depuis 2014. Avec la centrale, nous préserverons les terres, et nous produirons de l’énergie sans nuire à la faune et à la flore aquatique. Nous avons commencé une étude d’impact environnemental et nous prévoyons des aménagements pour préserver la nature. Il faut aussi savoir que les panneaux sont recyclables en fin de vie », déclare Michel Degoursy, maire de Dalhunden. La production annuelle d’électricité sera équivalente à la consommation de 7 600 foyers, et des économies de CO2 de 1 550 tonnes/an seront réalisées. 

La commune a signé un partenariat avec la Société Générale du Solaire, qui prend en charge la totalité des investissements. Le site lui sera loué et la mise en service est prévue pour 2023.

En France, ce type d’installation est encore rare. Le premier parc solaire lacustre du pays a été créé à Illkirch-Graffenstaden en 2018. 

CONTENU SPONSORISÉ