La Chine et ses réseaux parallèles

Saviez-vous qu’il existe deux internet différents ? Celui qu’on connaît, utilisé par la majorité du globe, et l’autre, piloté par le bon vouloir du gouvernement chinois. Depuis dix ans, le second pays le plus peuplé au monde s’affaire à remplacer les services les plus rentables d’internet : les réseaux sociaux, pour rafler lui aussi une part du gâteau.

0
70

A ce jour, Facebook domine le classement des réseaux sociaux à travers le monde, se plaçant sur la première marche du podium avec pas moins de 2,27 milliards d’utilisateurs actifs en janvier 2019. Fait intéressant : les quatre plateformes les plus populaires sont américaines (Facebook, Youtube, WhatsApp et Messenger). Le chinois WeChat se place tout de même cinquième de cette liste avec plus d’un milliard d’utilisateurs actifs dans le monde, barre symbolique dépassée en mars 2018.

Une application multitâche

Lancé en janvier 2011, WeChat est le petit bijou de Tencent, un géant « touche à tout » qui depuis peu rachète à tour de bras de nombreuses entreprises de nouvelles technologies. Si l’application WeChat est tellement utilisée en Chine, c’est en raison du nombre très conséquent de services dans lesquels elle s’investit. Ses fonctionnalités mêlent à la fois les services de Facebook, d’Instagram, de Messenger, de WhatsApp, de Tinder, d’Uber, d’Amazon ou encore de Google. Le service dispose également de son propre système de paiement, ce qui permet à ses utilisateurs de tout faire directement depuis l’application. WeChat est tellement utilisé dans le quotidien des Chinois qu’il est possible de passer sa journée sur cette seule application sans avoir à le quitter.

Deux mondes distincts

En Chine, on s’affaire à créer un internet purement chinois. Comme ce sera le cas pour la majorité des autres réseaux, Facebook est banni de Chine dès 2009, les autorités chinoises souhaitant conserver la main mise sur le contenu pouvant circuler sur le web au sein du pays. Ainsi, comme Tencent, les entreprises chinoises ont décidé de se calquer sur les réseaux sociaux occidentaux pour créer en parallèle du reste du monde leurs propres plateformes.

On y utilise depuis des applications « miroir », comme Sina Weibo, une version chinoise de Twitter qui compte tout de même 446 millions d’utilisateurs. Là-bas, Alibaba.com fait office de seul concurrent à Amazon, et le moteur de recherche Baidu est la seule alternative efficace à Google. Momo, l’application de rencontre chinoise, elle, remplace Tinder. L’an dernier, Tencent pesait plus de 347,55 milliards de dollars, ce qui positionnait alors le géant comme la douzième plus grosse entreprise au monde.