“Kumm, mer redde Elsässich” à l’école A.B.C.M Zweisprachigkeit

L’acquisition d’une langue se fait naturellement avant 6 ans : c’est le postulat des écoles bilingues immersives A.B.C.M Zweisprachigkeit implantées du nord au sud de l’Alsace, et plus particulièrement à Haguenau, où les enfants parlent l’alsacien au quotidien.

740
À l’école, les enfants sont entourés d’alsacien et d’allemand et s’y mettent tout naturellement. / ©DR

Apprendre une langue vivante peut parfois s’avérer compliqué pour des adultes ou des grands enfants, car « ils déduisent de ce qu’ils savent déjà, ils apprennent à l’écrit, une grammaire, et il leur est donc difficile de parler ». Au contraire, lorsque l’apprentissage d’une seconde langue intervient avant 6 ans, « l’acquisition est naturelle, la compréhension et la production sont immédiates » explique Pascale Lux, vice-présidente des écoles A.B.C.M Zweisprachigkeit.

Répondre en alsacien sans effort

Dans le système immersif, l’alsacien et l’allemand sont parlés en maternelle, puis l’allemand est lu et écrit au CP, le français à partir du CE1. « Un enfant apprend à lire une seule fois, précise la vice-présidente. Au CE1, on ajoute les sons spécifiques au français et cela se passe très facilement. Ce n’est jamais au détriment de leur langue maternelle, ils sont entourés de français de toute façon ! » En classe, au périscolaire, à la cantine, les enfants sont incités à répondre en alsacien, et à cet âge, ils osent et le font sans effort…

« C’est un gain fantastique pour les enfants, un réel avantage cognitif pour le cerveau qui est amené à basculer sans cesse d’une langue à l’autre. » Par la suite, apprendre l’anglais est une formalité, car les similitudes entre ces langues germaniques sont nombreuses. Par exemple, « a window, une fenêtre, vient de Wind-Au, vent et œil-de-bœuf en alsacien » avance Pascale Lux.

« Pour grandir, il faut des racines »

L’avantage est également culturel, puisqu’il s’agit de l’histoire de l’Alsace, et « pour grandir, il faut des racines ». Chants et théâtre en alsacien ont lieu à l’école, et les enseignantes comptent sur les parents pour emmener les enfants de l’autre côté de la frontière, voire faire du ski en Autriche : « Cela les valorise de faire la traduction ! »

L’école étant associative, les parents donnent également un coup de main. À partir de 1996, lors de son ouverture à Haguenau, ils l’ont construite au fur et à mesure… Aujourd’hui, avec 211 élèves inscrits dans 4 classes de maternelle et 6 d’élémentaires, il s’agit plus d’entretenir les bâtiments, et d’organiser fêtes et rencontres. Des réunions d’information servent aussi à «combattre les préjugés de l’immersif»: sur 12 écoles A.B.C.M Zweisprachigkeit, seules 6 ont franchi le pas. 

Infos au 09.72.12.72.68 ou oma@abcmzwei.org

CONTENUS SPONSORISÉS