Kelly Cruz : “Je vois que je donne beaucoup de courage à d’autres femmes”

Il y a une dizaine d’années, Kelly Cruz souhaitait devenir coiffeuse. Finalement, à dix-neuf ans, elle décida de se tourner vers une carrière de carreleuse-mosaïste en rejoignant l’entreprise familiale à Mittelhausen. Depuis un an, elle publie des vidéos toutes les semaines sur le réseau social TikTok. Elle fait découvrir son métier en musique et avec beaucoup d’humour.

718
Kelly est carreleuse depuis une dizaine d’années. / ©DR
Maxi Flash : Kelly, vous êtes carreleuse et « tiktokeuse», deux carrières opposées que vous arrivez pourtant à combiner. Comment ça s’est fait ?

Kelly Cruz : Ça fait dix ans que je suis carreleuse. À la base, mon père n’était pas d’accord. Mais un jour, il a accepté de me prendre en stage, il a voulu me faire la misère, mais je lui ai tenu tête et je suis toujours là ! J’ai commencé les vidéos sur TikTok il y a un an. Au début, je publiais une fois de temps de temps, pour le fun, ce n’était pas comme maintenant où j’ai un rythme plus soutenu. Aujourd’hui, ça me prend plus de temps, j’essaie d’être plus présente même si je ne suis pas organisée… mais j’essaie !

Dans vos vidéos, vous souhaitez également faire passer un message ?

Oui, je cherche à casser les clichés. À force de publier, je reçois beaucoup de messages. Je vois que je donne beaucoup de courage à d’autres femmes. On essaie aussi de faire changer les mentalités et de faire en sorte qu’une femme dans le bâtiment devienne quelque chose de banal.

Et même le Président de la République a réagi, en laissant ce commentaire sous une vidéo : « Un bel exemple pour répondre aux préjugés: bravo de partager votre passion ! »

Oui, j’étais choquée. Je ne m’attendais pas à avoir un commentaire du Président de la République. Quoi qu’on en pense, qu’il soit bien ou pas bien, ça reste le Président. Ça a fait débat dans les commentaires. Mais j’étais très fière !
Vous enregistrez des statistiques impressionnantes sur votre compte TikTok : 740 000 abonnés, près de 140 millions de vues, etc. Vous pouvez en tirer une rémunération ?
Avec le temps que ça me prend, heureusement que je gagne un peu de sous. C’est beaucoup de travail. Les vidéos avant-après prennent beaucoup de temps. Je dois m’arrêter de travailler, m’occuper de la vidéo, faire un montage, etc. Je fais tout ça sur mon temps de travail donc je dois rattraper les heures perdues. Les journées durent plus longtemps.

Êtes-vous reconnue dans la rue ?

Oui, ça m’arrive de plus en plus. Aujourd’hui, en allant à Strasbourg, je suis passée devant un groupe de garçons qui m’a tout de suite reconnue ! Ça m’arrive plus souvent quand je suis en habits de travail. Quand je suis habillée normalement, les gens ne sont pas sûrs et hésitent.

 

CONTENUS SPONSORISÉS