Internet fête ses 50 ans, c’est l’heure du bilan

Le 29 octobre 1969, le premier message de ce qui allait plus tard devenir l’Internet mondial circule entre deux universités américaines. 50 ans plus tard, ses précurseurs et inventeurs jettent un regard critique sur ce qu’il est devenu.

0
39

Quatre milliards de personnes dans le monde utilisent désormais Internet. À l’époque, qui aurait pu le prédire ? À l’origine, le projet s’appelait « Arpanet », du nom de la branche de recherche de l’armée américaine qui le finançait, la « Defense Advanced Research Projects Agency ». En pleine guerre froide, le système doit permettre aux institutions militaires et civiles de communiquer plus facilement entre elles : c’est un système interne, un « intranet ». Mais c’est suite à l’installation d’un système de référencement de pages en ligne, et à la création du World Wide Web au sein du CERN (Centre Européen de la Recherche Nucléaire) en 1989 que ce projet porté, par une poignée de chercheurs, va dépasser les frontières de la défense et de la recherche pour devenir l’Internet que l’on connaît.

Il faut connaître son passé

« Je pensais faire communiquer les gens avec les ordinateurs, ou les ordinateurs entre eux, mais pas les gens entre eux ». Leonard Kleinrock, le professeur qui développa la théorie mathématique des réseaux de données ne s’y attendait pas : ses recherches ont conduit, 50 ans plus tard, à la création d’un réseau mondial qui réunit des milliards de personnes. Ainsi, Internet s’est construit étape par étape, un peu à l’aveugle. Aujourd’hui, il est si riche qu’il sert à tout. Les entreprises saisissent la moindre opportunité pour y faire de l’argent, et les concepts de propriété ou d’identité (numérique) en ternissent l’idéal. Dans les années 2010, Internet n’est plus ce à quoi il était destiné.

Appréhender le futur

Cette situation, l’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, s’en désole : « Nous constatons de plus en plus que le pouvoir du bien est détourné, que ce soit par des escrocs, des personnes propageant la haine ou des intérêts personnels menaçant la démocratie ». Heureusement, avec la protection des données et la liberté d’expression comme mots d’ordre, certaines administrations indépendantes comme la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) tentent de rectifier le tir pour un internet plus éthique. Tim Berners-Lee, père d’Internet l’a dit : « Cet anniversaire doit marquer le moment où nous luttons pour le Web que nous voulons ».