Hyundai Santa Fe, le SUV qui voit grand

Hyundai sonne le clairon de la cavalerie lourde. Le statutaire Santa Fe opère son grand retour sous nos latitudes pour venir épauler la gamme SUV du constructeur coréen. Au programme, une luxueuse dotation de série, 7-places, la transmission intégrale et un comportement placide. En route !

0
9

Hyundai a pris position sur le segment des SUV compacts et urbains avec le Kona et le Tucson. Ces deux labels sont désormais bien établis et l’arrivée du Kona Electric donne même une longueur d’avance sur la concurrence au constructeur coréen. Il ne restait plus qu’à venir chapoter le catalogue en lui offrant un vrai grand véhicule familial à même d’avaler sans broncher kilomètre après kilomètre. Cette lacune est aujourd’hui comblée avec l’arrivée du nouveau Santa Fe. La surprise est réelle puisque cette génération n’était pas prévue, initialement, pour l’Europe occidentale. La demande en modèles 7-places a toutefois rendu indispensable le débarquement de cette cavalerie lourde. Il faut dire que cela fait vingt ans que le Santa Fe écume les routes du Vieux Continent, bien avant que n’arrivent ces gringalets de SUV modernes.

La volonté de grandeur

Le Sauta Fe se place naturellement au-dessus du Tucson. Ses 4,77 m parlent pour lui. Cette quatrième génération a ainsi pris 7 cm dans l’opération de reconquête. L’objectif affiché était de mêler le Sauta Fe classique et le Grand Sauta Fe qui seul offrait jusqu’alors 7 places. On aurait pu penser que les ingénieurs se seraient concentrés sur l’habitabilité et l’accessibilité à bord, délaissant tout effet de style, mais c’est loin d’être le cas. Si l’on met de côté un arrière un peu quelconque, on est séduit par la présentation générale, surtout lorsque l’on regarde le crossover coréen de face. La signature lumineuse affinée est élégante, la calandre mordante. Bien sûr, l’essentiel se trouve à l’intérieur, mais, sur un marché qui compte le magnifique Peugeot 5008 ou le très réussi Kodiaq dans ses rangs, il était important pour le Sauta Fe de faire bonne figure sur le plan esthétique. Par rapport à ses principaux rivaux, le protégé de Hyundai est plus long. Paradoxalement, il offre un coffre nettement inférieur. Avec 547 l de position standard, on est loin du Skoda et de ses 720 l, voire à des lieues du Peugeot et ses 780 l.

Le Coréen a fait le choix de l’habitabilité, de la facilité d’accès à bord et de la modularité. Le système de basculement et de coulissement électrique des sièges est une merveille, notamment pour installer la troisième rangée. Sans oublier l’exemplaire mise à plat des banquettes qui porte la capacité d’emport à 1 625 l. L’espace laissé pour la troisième rangée dépasse les attentes. Chacune peut accueillir un adulte de plus de 1,70 m. De quoi profiter pleinement de la montée en gamme des propositions du groupe. La planche de bord a été entièrement repensée autour de plastiques moussés. C’est élégant et bien fini. Le Sauta Fe a en plus le bon goût de ne présenter qu’une seule option : la peinture métallisée (630 €). Tout le reste de l’équipement est livré de série. Affichage tête haute, caméra 360°, sièges cuir chauffants/ventilés, régulateur de vitesse actif, aide au maintien en voie ou encore toit panoramique ouvrant, la dotation comprise est d’une grande richesse. On note même l’arrivée d’un étonnant système de surveillance. Non seulement celui-ci détecte s’il y a encore quelqu’un à l’arrière, notamment un enfant, lorsque le conducteur quitte le véhicule et déclenche l’alarme, mais il scrute également le rétroviseur et détecte si une voiture est en approche au moment où le passager ouvre la porte afin de la verrouiller temporairement pour éviter l’accident. Ingénieux pour un véhicule familial !

Fort de tout cet attirail, le Sauta Fe s’affiche à un seul tarif : 51 900 €,
hors malus de 2 610 €. Un prix unique car ce vaillant SUV ne propose qu’une seule motorisation : le bloc 2 l CRDI 185 ch (diesel). Sa puissance et sa rondeur font du Sauta Fe un excellent routier, qui jouit en prime d’une bonne insonorisation. Ne pensez toutefois pas jouer des coudes dans les épingles, le châssis n’est pas très à l’aise lorsque la conduite devient sportive, gros gabarit oblige. En revanche, en mode « bon père de famille », le routier est irréprochable, grâce, notamment, à son couple de 400 Nm et à sa transmission intégrale de série.

Sûr et confortable, le Sauta Fe peut compter sur son tarif et sur son équipement pour le placer au niveau de ses rivaux. Le 5008 est moins cher (45 650 €), plus stylé et plus agile, mais nettement moins bien équipé de base. Le Kodiaq (50 000 € environ) a pour lui une gamme qui laisse davantage de choix, mais les tarifs et les prestations sont proches. Les cinq ans de garantie maison, kilométrage illimité, joueront certainement dans la balance au moment du choix.