Hugo Hauswirth, « Le rôle de notre association est économique et social »

Le jeune président d’Hauswirth SAS a déjà un joli parcours derrière lui. Natif de Soultz-sous-Forêts, il est bénévole de Vivre Nord Alsace qui a offert 10 000 repas aux soignants des hôpitaux du Nord Alsace pendant le confinement, sans chercher à médiatiser l’opération. Mais Maxi Flash, avec qui l’association vient de conclure un partenariat, avait très envie de parler de cette magnifique initiative.

0
531

Vous n’avez que 22 ans, mais la vie d’un homme bien ancré dans sa région, racontez-nous votre parcours.

J’ai commencé par le lycée agricole et viticole, avant une école de commerce et un peu de contrôle de gestion. L’année dernière mon père était cadre dirigeant dans un Groupe suédois, mais on s’est lancés pleinement dans l’entrepreneuriat avec Hauswirth SAS dont je suis président. Je m’occupe de la partie commerciale et mon père de la partie industrie. Nous faisons de la vente de machines de polissage pour l’industrie automobile, ferroviaire ou aéronautique.

Vous êtes aussi très engagé dans la vie associative !

C’est exact. Nous avons repris une association de commerçants qui était basée à Haguenau. Nous l’avons réimplantée dans le Nord Alsace, car on s’est aperçu que les associations de commerçants ne tiennent pas souvent sur la distance. Elle n’avait pas vraiment de dynamique, à part l’idée des chèques cadeaux, elle ne faisait pas grand-chose. Maintenant, nous proposons aux adhérents de Vivre Nord Alsace de communiquer localement et dans le digital.

Un mot sur l’opération repas pour les soignants du Nord Alsace que vous avez mis en place pendant la crise sanitaire.

Le rôle de l’association n’est pas qu’économique, il est aussi social. Pendant le Covid, on s’est rendu compte que les aide-soignants et les infirmières des hôpitaux payaient leurs repas. Alors, avec le promoteur immobilier Didier Haar, nous avons offert 10 000 repas. Nous avons travaillé avec nos traiteurs adhérents, Schwoob à Drusenheim et Etwein à Roeschwoog. Nous avons livré des repas chaque jour sur Haguenau, Bischwiller et Wissembourg.

Comment ont réagi les soignants ?

Ils ont été très reconnaissants, même si pour la direction de l’hôpital cela était parfois une contrainte, à cause des protocoles sanitaires à respecter. Il a fallu mettre en place des plannings de distribution, faire rentrer les véhicules, c’était du travail supplémentaire.

Votre association est maintenant dans une grande dynamique ?

Oui. Nous avons connu un pic d’adhésion, de nouveaux entrepreneurs ont souhaité nous rejoindre et nous sommes maintenant 70, surtout des artisans (60%) et des commerçants. 12 000 personnes reçoivent notre newsletter. Nous sommes force de proposition sur le territoire et nous allons organiser des campagnes de communication, des actions de bienveillance et des événements. Nous avons quatre salons en préparation sur tout le département. En collaboration avec les élus et les associations locales, nous allons commencer par le Salon des entreprises à Seebach à l’automne. Et puis, nous avons conclu un partenariat avec Maxi Flash.

Quels sont vos liens avec la CAP, l’association des commerçants de Haguenau ?

Ils sont sur le centre de Haguenau et nous sur les territoires ruraux. Aucun de nos adhérents n’est inscrit à la CAP, mais cela est possible, car nous ne sommes pas concurrents et nous restons en très bons termes avec eux.