Honda CR-V e:HEV, un hybride à part

Honda a définitivement tourné le dos au diesel avec son SUV désormais baptisé CR-V e:HEV et uniquement proposé en motorisation hybride, 2 et 4 roues motrices. Confort et économie sont au rendez-vous.

187
À l’avant, des blocs optiques à LED et une calandre affinée à volet actif modernisent l’aspect du CR-V. / ©documents remis

L e CR-V 2021 ne propose plus qu’une motorisation hybride originale pour satisfaire aux critères de la chasse au CO2 tout en préservant sa puissance originelle, son confort et son habitabilité. Côté style, de nouveaux blocs optiques à LED apparaissent à l’avant et la calandre à volets actifs s’affine pour gagner en aérodynamisme, tandis qu’à l’arrière, de nouveaux de feux encadrent la vitre du hayon.

Souplesse et conso maîtrisée

Pour cette version 2021, que nous avons testée sur la route des Grandes Alpes quelque peu enneigée, Honda a mis sous le capot un moteur essence de 2 l à cycle d’Atkinson de 145 ch qui fonctionne avec deux moteurs électriques, un pour la propulsion électrique avec 184 ch et l’autre pour la génération et la récupération d’énergie. L’ensemble est disponible en versions deux et quatre roues motrices avec une puissance cumulée de 184 ch / 315 Nm. Cette technologie bien originale génère des démarrages « zéro émission » et une présence accrue du moteur électrique qui donne de la puissance sans trop consommer. Ce système hybride intelligent baptisé i-MMD propose trois modes : électrique, hybride et thermique. Ce dernier fonctionne seul en vitesse de croisière au-dessus de 100 km/h. Le tout est couplé à une transmission CVT moins bruyante qu’à l’ordinaire, et propose des palettes au volant permettant de contrôler la force de décélération pour doser la recharge de la batterie en roulage à l’approche des intersections, virages et autres ronds-points ou lors des descentes.

À l’arrière, les feux délimitent la vitre du hayon en l’encadrant.

C’est en milieu urbain que le CR-V est le plus à l’aise en étant capable d’être le plus souvent en mode 100 % électrique et en hybride. Profitant du confort de l’habitacle largement éclairé par son toit vitré ouvrant panoramique désormais de série sur la finition Executive de notre essai, nous avons tenu les 4 litres aux 100 km en ville et les 6,4 litres sur la route en profitant bien des descentes alpestres pour toujours recharger la batterie.

Par contre, dans les montées de cols et l’autoroute, les 1 700 kg de l’auto et le besoin de puissance ont fait monter à la moyenne à plus de 9 litres. Ce n’est pas exceptionnel, mais pas mal quand même compte tenu du gabarit de ce SUV de 4,6 m de long pour 1,85 m de large et 1,68 de haut, et de ses équipements qui constituent l’un des points forts de ce CR-V. La batterie lithium-ion dont la puissance n’est pas révélée est placée dans le coffre, qui voit donc la possibilité de deux sièges escamotables supplémentaires disparaître et le volume se réduire à 497 litres. Au volant, le CR-V est toujours aussi agréable à conduire, tout en souplesse. La boîte s’adapte très bien à la puissance du couple moteur i-VTEC 2 litres et moteur électrique, sans à-coup ni trou de couple. Seul souci, ce bel ensemble hybride ne réussit pas à descendre sous le seuil fatidique des 135 g/km du malus écologique 2021. Avec 158 g/km de CO2 (WLTP) , il est pénalisé de 1 276 € qu’il faut donc ajouter aux 43 920 € de notre modèle d’essai Executive 2 WD, avec son toit panoramique de série et la peinture métallisée, ainsi que l’extension de garantie H+24. Dommage, car sinon les tarifs du CR-V hybride débutent à 34 900 € en version Comfort 2WD. 

Des palettes de décélération sont accessibles derrière le volant pour gérer la décélération et recharger la batterie selon les conditions de circulation lors de descentes ou à l’approche des ronds-points, intersections et autres feux tricolores.

CONTENUS SPONSORISÉS