Hoerdt – L’ancien EPSAN va faire peau neuve

En 2014, les derniers occupants de l’EPSAN de Hœrdt ont quitté les lieux. Depuis, le complexe est à l’abandon. Propriété de l’État, il est cédé à la société Brownfields cinq ans plus tard. Un projet d’écoparc se dessine rapidement. Les travaux devraient commencer en fin d’année.

1221
Trente-sept hectares seront reconvertis. ©DR

Brownfields, qui signifie “friche” en anglais, est une société française d’investissements spécialisée dans la reconversion de friches. L’entreprise est à l’origine de l’écoparc Rhénan, situé sur le site de l’ancienne raffinerie de Reichstett. C’est tout naturellement que Brownfields s’est penchée sur le dossier du voisin : l’ancien EPSAN de Hœrdt. « De nombreuses entreprises nous avaient sollicitées pour être implantées à Reichstett, mais pour beaucoup, nous n’avions pas pu répondre favorablement. On leur a proposé de candidater pour le nouveau projet », explique Nicolas Pfister, directeur des opérations chez Brownfields.

Une grande partie du site sera conservée et reconvertie.
« On va redonner vie au cœur historique du site pour garder sa mémoire. Sur les 20 000 m² de bâti, nous en conserverons 9 000. Nous rajouterons du neuf et développerons un bassin d’entreprise de trente-sept hectares. Le cœur du projet sera piéton et nous renforcerons la biodiversité. Avec la centaine d’arbres déjà présents sur place, nous en planterons autant. Cet écoparc privilégiera la qualité de vie et de travail des utilisateurs», détaille Nicolas. Les travaux ne devraient pas commencer avant la fin d’année, voire
début 2023.   


 

Un lieu d’histoire 

Le complexe a accueilli ses premiers occupants en 1861. À l’époque, mendiants, vagabonds, infirmes ou enfants abandonnés allaient s’y réfugier pour être réintégrés dans la société. Au XXe siècle, il se transforme peu à peu en hôpital psychiatrique et accueille des patients dangereux, isolés dans un quartier de sûreté. Avec le temps, il devient un établissement public de santé pour l’Alsace du Nord (EPSAN). Un EHPAD y est aussi intégré. En raison de sa proximité avec la raffinerie de Reichstett, le site est déplacé et tout s’arrête en 2014.

L’entrée de l’ancien EPSAN. / ©LD

CONTENUS SPONSORISÉS