Haguenau – Une maman donne naissance au doudou Eleamoi

Des lapins malins dotés de scratchs et de patchs ? C’est l’idée qui est venue à Stéphanie Lehmann quand l’heure de la crèche a sonné pour sa fille Eleana : Eleamoi commercialise un doudou fait main qui diffuse la douce odeur de maman.

1254

Infirmière de métier, Stéphanie se souvient que « quand les internes entraient, j’avais deux oreilles de lapin qui dépassaient du décolleté ! » Désormais en disponibilité pour s’occuper de sa petite entreprise, mais surtout de sa petite fille, elle n’a qu’un patch à glisser dans son soutien-gorge pour l’imprégner de son odeur toute la journée. « Le soir, Eleana vient le chercher elle-même pour se faire un shoot de maman avant de s’endormir ! » À 19 mois, la petite fille est désormais consciente que « maman fait quelque chose pour elle ». D’où le nom de l’entreprise : « La fusion d’Eleana et moi signifie aussi “Elle est à moi”, ma maman, ou mon bébé, c’est le lien, la connexion ».

Les bienfaits de l’odeur maternelle

Sensibilisée depuis sa grossesse aux bienfaits de l’odeur maternelle sur l’apaisement des enfants, la jeune maman de 27 ans a donc d’abord glissé son tee-shirt dans le lit de sa fille, mais craignait l’étouffement, puis a porté son doudou sur elle au travail, avant de se rendre à l’évidence : « J’avais l’idée, mais je ne savais pas coudre. C’était un projet intime, alors je l’ai réalisé », sourit-elle.

Entre tutos et ateliers de couture, et avec l’aide de Jérôme, le papa, elle imagine « un doudou plat, léger, ergonomique, Oeko-tex, sans bouton pression par sécurité, et le patch scratché représente le petit ventre du lapin ». Elle rembourre la tête formée sur un anneau de dentition, rajoute un nœud pour fixer la tétine, et fournit trois patches qui peuvent servir de coussinets d’allaitement. Bref, « c’est un doudou qui sert à tout ».

Le doudou Eleamoi au premier plan, inventé par Stéphanie, testé et validé par Eleana / ©Sb

« Faire carrière dans les doudous »

Démarrée en septembre 2021, Eleamoi est née du succès auprès des amis et connaissances du couple. « Entre mon travail d’infirmière et mon job de couturière amatrice, ça devenait de plus en plus compliqué à gérer. J’avais déjà passé ma grossesse alitée parce que je ne m’étais pas ménagée, là j’avais besoin de passer plus de temps avec ma fille avant d’envisager de faire carrière dans les doudous ! » Avec 400 doudous déjà cousus, et 60 rien que ce mois-ci en commande, « j’y crois de plus en plus. Les retours sont positifs, les mamans en ont besoin ».

www.eleamoi.com

CONTENUS SPONSORISÉS