Haguenau – Une chanson contre les discriminations

Dans le cadre de la quinzaine de luttes contre les discriminations des collégiens et lycéens ont écrit, composé et interprété un morceau rappé et chanté dans lequel ils racontent leur quotidien et invitent à s’accepter, malgré les différences. Le tout, sous la houlette de leur professeure de français langue étrangère et de la chanteuse Walt.

368
Nassera, Anissa, Denise, Laura, Zeynep, Zahra, Lila Rose, Cem, Mustafa et Walt. / ©DR

« Je suis comme je suis / tu es comme tu es / Pas de discrimination / On s’accepte on est dans l’action. » Mardi 2 novembre, les mots de Nassera, Anissa, Denise, Laura, Zeynep, Zahra, Lila Rose, Cem et Mustafa ont résonné, au soir de l’inauguration de la Quinzaine de lutte contre les discriminations. « Il a d’abord fallu faire ce travail de définir le terme de discrimination », explique Walt.

En binôme avec Suncica Klooss, professeure de français langue étrangère et référente pédagogique, la chanteuse strasbourgeoise a accompagné les élèves du collège Foch dans le cadre d’ « Agir ensemble contre les discriminations », organisé par le CSC du Langensand.

« Certains élèves sont turcophones, d’autres non. C’était vraiment un groupe éclectique », explique Walt. « Certains m’ont expliqué qu’ils n’avaient jamais été victimes de discriminations, d’autres si. Que ce soit par leur religion, leur couleur de peau ou leur physique…», raconte l’artiste, qui est aussi professeure à l’Opéra national du Rhin. Au moment des répétitions, des lycéennes sont venues renforcer l’équipe. « On n’avait que deux séances pour tout monter, je ne sais toujours pas comment on a fait », sourit Lexy.

Le résultat est un morceau de quatre minutes dans lequel les jeunes racontent leurs quotidiens et s’affirment : « Je suis comme je suis », le refrain est d’ailleurs devenu le titre de la chanson. Rap, chant et même beatbox : « Deux élèves savaient en faire ! », précise Walt.

Braver sa peur

Le passage sur scène a été l’autre challenge. « Certains étaient très timides, d’autres hyper stressés. Il n’y avait pas forcément de travail précis à faire, si ce n’est de dire qu’il fallait défendre la chanson, et qu’ils l’expriment devant un public », explique l’artiste. « J’étais très fier que tout se passe aussi bien avec une belle énergie. On ne se rend pas forcément compte du courage énorme que ça demande de braver sa peur sur scène », ajoute Walt. Et de se montrer comme on est.

CONTENUS SPONSORISÉS