Haguenau – Prochain arrêt, la quatrième gare !

Si l’arrivée du chemin de fer à Haguenau a subi quelques détours au 19e siècle, quatre bâtiments abritant la gare se sont succédé au fil de l’histoire et de l’augmentation du trafic, pour aboutir au Pôle d’échanges multimodal aujourd’hui.

671
Les employés de la compagnie des Chemins de fer de l’Est devant la première gare de Haguenau en 1855. / ©DR

Lorsque le train des officiels arrive pour la première fois en gare de Haguenau le 18 juillet 1855, après une heure trente de voyage depuis Strasbourg, ce sont en réalité plusieurs années de tergiversations qui aboutissent enfin. En 1836 était déjà évoqué le prolongement vers l’Allemagne de la ligne Bâle-Strasbourg, puis en 1841 le maire Henri Guntz souhaitait situer sa ville sur le tracé Strasbourg-Paris. Mais, à l’époque, Vendenheim, en direction de Saverne, l’a emporté, et il faudra attendre 1852 et l’officialisation par Louis Napoléon Bonaparte du tracé incluant Bischwiller pour que les travaux commencent.

Inauguré par le colonel Chompré, maire de Haguenau, le bâtiment de la première gare était remarquable : les colombages et les briques répondaient aux normes des autorités militaires de l’époque, et certains pans ont été sauvegardés lors de sa démolition en 1892. Ils sont visibles notamment au coin de la rue de la Torture (magasin Access bike) et à celui rue du Château (magasin Amplifon). Des accès à la gare sont également aménagés dans la ville encore fortifiée, comme la percée de la rue Saint-Georges et, en 1895, le remplacement du passage à niveau porte de Strasbourg par un pont pour enjamber les voies.

Le bâtiment de la gare construit en 1892.

Un intérêt économique et stratégique

En 1860, la question de l’accès au bassin de Niederbronn, aux bains, verreries, brasseries et l’approvisionnement en houille des hauts-fourneaux, est finalement solutionnée par le financement du prolongement des voies par De Dietrich. Avec l’arrivée des Allemands en 1871, la gare de Haguenau revêt un intérêt tant économique que stratégique. Ville de garnison avec la construction de la caserne rue de la Redoute, Haguenau se dote d’un nouveau bâtiment en 1892 pour faire face à l’afflux d’hommes de troupe, de chevaux, de matériel.

En 1905, 160 employés et 850 000 voyageurs sont recensés sur le réseau Elsass-Lothringen, qui devient réseau Alsace-Lorraine en 1918, puis est intégré à la SNCF en 1938, avant que la Reichsbahn ne s’approprie les chemins de fer pendant la Seconde Guerre mondiale. À la fin du mois de novembre 1944, les Allemands feront sauter les voies et le bâtiment, comme bon nombre d’autres infrastructures de la région.

En 1964, un bâtiment plus petit accueillait les voyageurs arrivant en autorail. ©DR

Inauguration et mapping le 10 décembre

Ce n’est qu’en 1964 que la troisième gare, plus petite, est construite. Son exploitation durera jusqu’en 2019 quand un vaste réaménagement urbain est entrepris : passe-quartier, parking-silo, garages à vélo, deux espaces SNCF et Communauté d’agglomération de Haguenau (CAH) de près de 800 m²… Le pôle d’échanges multimodal sera inauguré le 10 décembre prochain. Au programme : visite des élus et partenaires, ateliers et stands (vélos électriques, réparation, covoiturage, autopartage, pistes cyclables, etc), fanfare, cadeaux… À partir de 18h (également les 11 et 12 décembre), un mapping son et lumières sur la façade du nouveau bâtiment permettra de regarder vers l’avenir.

Aujourd’hui, le pôle multimodal regroupe tous les services aux voyageurs. / ©DR

Remerciements à la Société d’histoire et d’archéologie de Haguenau et au musée-archives pour l’histoire de la gare et les photos.


La place des services facilite le train-train quotidien

Le Pôle d’échange multimodal de Haguenau (PEM) met tout en œuvre pour proposer une offre complète aux usagers. Ainsi, une Place des services a vu le jour début octobre, dans le hall de la gare. Casiers connectés, mini-boutique, café, location de moyens de transport, abonnements ou simples renseignements, deux régisseuses se tiennent à la disposition des voyageurs de 6h à 9h30 et de 16h30 à 19h30.

Caroline Dollé de Ravinel, directrice des grands projets d’aménagement de la ville, explique : « C’est une conciergerie urbaine, c’est-à-dire un pôle de services qui offre la possibilité de récupérer des colis tous opérateurs, mais aussi une baguette de pain ou un panier potager, ou de déposer un costume pour le pressing sans avoir à sortir du PEM ». Le principe: la Ville a mandaté un prestataire, la Poste, qui s’organise avec les commerçants du centre-ville pour livrer les clients dans leurs casiers connectés, y compris en dehors des horaires des régisseuses. En janvier, la médiathèque y déposera aussi les livres commandés.

Site pilote dans une gare après la première Place des services ouverte en centre commercial à Châtillon (dans le 92), Haguenau a enregistré 50 inscriptions rien que la première semaine sur l’application Place des services (disponible sur Google play et Appstore). Preuve s’il en est du besoin de « simplifier la vie des usagers au quotidien ».

CONTENUS SPONSORISÉS