Haguenau – Mojitos Moving, l’Amérique en musique

Depuis presque 40 ans, Mojitos Moving parcourt le monde, de Haguenau au Texas, pour jouer ses morceaux. Le groupe explore les musiques traditionnelles de l’Amérique, du Nord au Sud, en passant par les Caraïbes. Aujourd’hui, la formation peut se produire plus près de chez nous, à bord d’une caravane aménagée, mais tous rêvent encore de voyages lointains.

164
Les Mojitos Moving dans leur caravane, ici à Hoerdt

Chaque semaine, les Mojitos Moving se retrouvent pour répéter chez Jean-Bernard Pfleger et Marie-Christine Wendling à Haguenau, tous deux profs de sport au lycée André Siegfried. Chez eux, la cave a été aménagée pour accueillir le groupe. Dehors, dans le jardin, trônent la caravane et une multitude de voitures américaines d’un autre temps.

« Le groupe a joué pour la première fois à la fête de la musique de Strasbourg, rue du Dôme. Je crois que c’était en 1982. Le but était de faire de la musique western, habillé en cowboy, pour payer des voyages et jouer à l’étranger. Ensuite, on a acheté un chariot et on jouait dedans. On faisait tous les festivals western d’Alsace. Le premier voyage était à Castroville, au Texas, sur les traces des pionniers alsaciens », raconte Marie-Christine.

Avec le temps, les membres et les influences ont changé. Le style western a laissé place à des influences jazz et des airs traditionnels latino-américains. «Au début, on s’appelait Moving puis c’est devenu Mojitos Moving car on était tous des blancs. C’était un clin d’œil au rhum blanc qui compose le Mojito. On a évolué vers du cubain. On a eu la chance de jouer là-bas en 2018, avant l’épidémie. On a joué quatre fois en Nouvelle-Calédonie où l’on a animé la Foire de Bourail. Nous sommes allés au Brésil et au Costa Rica», complète Jean-Bernard. « On espère un retour à Cuba mais c’est un peu agité là-bas», ajoute-t-il.

Le groupe prend la pose devant la caravane / ©DR

Des concerts en caravane

La dernière nouveauté pour le groupe, c’est une caravane aménagée pour se déplacer et jouer un peu partout dans la région : « On peut l’ouvrir sur l’extérieur et jouer dedans. Le projet est très vieux, ça a été compliqué à organiser. Un soudeur est venu ici et a fait tout le squelette métallique. Je me suis occupé du reste : l’habillage, l’aménagement, l’électricité », détaille Jean-Bernard. Le véhicule est prêt. Qui sait si un jour, il ne traversera pas l’Atlantique ?

Facebook : MojitosMoving

CONTENUS SPONSORISÉS