Rugby : Haguenau mise sur la jeunesse

La Fédération française de Rugby a décidé de mettre l’accent sur les pitchounes, avec une « Semaine des écoles de rugby ». Le RC Haguenau y a contribué avec entrain, comme l’explique Yan Ambrosini, le responsable communication du club.

0
263

Maxi Flash : Vous avez ouvert une section « Baby-Rugby », pourquoi ?

Yan Ambrosini : Ça fait suite à une demande des parents. Le Baby-Rugby, c’est dès l’âge de 3 ans révolus. Alors, ce n’est pas vraiment du rugby, c’est plus des parcours de motricité, des petits jeux pour qu’ils soient un peu plus dégourdis. C’est une approche du rugby. On l’a testé sur deux semaines, on avait une vingtaine de gamins à chaque fois. Il faut noter que les parents participent, les enfants ne sont pas lâchés comme ça.

Est-ce qu’on sent un intérêt croissant pour le rugby, ici en Alsace ?

Il y en aura toujours moins que le foot ! (rires) Mais on a vu pas mal de monde lors du forum des associations. Je pense que c’est à force d’en parler qu’on arrivera à créer de l’engouement. On le voit avec le développement des féminines. C’est au compte-gouttes, mais en U6, U10 et U12 on a trois, quatre filles, donc ça commence à prendre. Les enfants peuvent venir quand ils veulent pour essayer.

C’est important pour un club comme Haguenau d’avoir une base solide au niveau des jeunes ?

On est le deuxième club d’Alsace en termes de licenciés, derrière Illkirch. 400 licenciés, une école labellisée, on a deux pôles formation, l’un au séminaire de Walbourg, l’autre aux Missions Africaines de Haguenau… Miser sur la formation, c’est important ! On a des gamins qui essayent, qui vont voir ailleurs et qui reviennent quelques années plus tard. En équipe 1 aujourd’hui, on a pas mal de jeunes joueurs issus de la formation haguenovienne, et ça tient vraiment à cœur au président.

Puisqu’on en parle, c’est quoi les contours de la saison à venir pour l’équipe fanion ?

Le premier objectif, c’est le maintien. On a eu pas mal de départs, on a une équipe rajeunie, c’est vraiment un nouveau cycle qui débute, et qui doit nous amener à monter en Fédérale 2 dans les quatre ans. L’arrivée de nouveaux entraîneurs doit nous y aider, avec Étienne Quiniou, qui est du cru, mais qui a un parcours national et international (68 matchs de ProD2 avec Dax, 4 sélections en équipe de France U20, ndr), mais aussi Nejmi Kara (qui a aussi tâté de la ProD2 et pas mal de Fédérale 1, ndr).   

Contact : Carole 06.62.75.31.48 ou Jean-Luc 06.19.11.81.65