Haguenau et son premier grand moment

Le 24 novembre, le FR Haguenau et sa jeune section féminine a rendez-vous avez le monde semi-pro. Pour la première fois, les joueuses de District 1 vont affronter une équipe de L2, Saint-Maur, en coupe de France.

0
554

C’est une drôle d’histoire que Quentin Study vit depuis qu’il est à Haguenau. Le jeune coach – il a alors à peine 24 ans – s’occupe de U18 chez les garçons, avant de basculer chez les filles : U15, U18. C’était il y a quatre ans. Il y a deux ans, le club décide de créer une équipe senior, et c’est à Quentin qu’on propose le projet. « Dans mon groupe, il y a des filles que j’avais en U18 et qui sont montées en senior avec moi. Je suis aussi entraîneur-joueur à Seebach, alors faire les deux, c’est assez fatiguant… Mais j’arrive plus à les quitter ! »

Ses joueuses, il les adore. Bon, au début, elles ne savaient pas faire un contrôle, et quand il parlait de « défendre en bloc », il avait parfois l’impression de leur faire un cours accéléré en Ouzbek. L’avantage de son groupe, c’est qu’« elles s’appliquent. Elles savent qu’elles ne savent pas, alors elles ne discutent pas, et elles apprennent. Les progrès, techniques ou tactiques, ont été très, très rapides. La moyenne d’âge, c’est 20 ans, mais ce sont des profils humbles. Les filles sont là pour bosser, pour aider le club. »

« Les filles sont là pour bosser, pour aider le club »

Quentin a bien tenté de faire une petite blague la saison dernière, avec un discours laissant croire que l’aventure s’arrêtait là. « Il y en a qui étaient en larmes », se souvient le jeune coach de 28 ans. « Certaines ont commencé à me dire que si je partais, elles partaient aussi ! » La preuve sans doute d’une belle complicité et d’un attachement mutuel.

Du coup, tout le monde est reparti pour une saison de plus. Le promu, qui avait atteint le 3e tour de la Coupe de France, continue sur sa lancée. « On est premiers, invaincus, avec seulement un nul concédé… On a envie de monter en R2. Et là, un 5e tour de coupe de France, c’est énorme. » Le Petit Poucet de la compétition, dernier représentant au niveau fédéral du District 1, va donc se frotter au VGA St-Maur, et à ses quatre internationales (deux U17, deux U19). « On aurait pu essayer de passer un tour de plus, mais je préfère prendre une Ligue 2 et jouer le coup à fond que de me faire sortir par une R1 ! » Et comme Quentin Study a de la suite dans les idées, il a déjà pris quelques renseignements à gauche, à droite. « Je collecte quelques infos », confie l’entraîneur. « Pourquoi pas créer une surprise ? » Les joueuses, elles, sont aux anges. Laetitia, Chloé, Cindy, Emma et les autres ont hâte d’y être et de montrer de quoi elles sont capables. Au tour précédent, il y avait un peu plus de monde que d’habitude, et ça les avait « transcendées », paraît-il. Alors on a bien envie de vous donner rendez-vous le dimanche 24, en nombre, pour voir ce qu’elles ont dans les chaussettes quand ça pousse autour. Allez les filles !