Geudertheim : 35 ans de théâtre

Geyderther Wackes, c’est une histoire de passionnés de théâtre qui débute en 1984, dont l’objectif est de rire et de faire rire. La troupe revient en janvier avec sa pièce Don Camomillo.

0
301

“Jouer au théâtre, c’est d’abord une affaire d’ambiance au sein de la troupe. Les répétitions qui démarrent trois mois avant les représentations, ne doivent pas être une corvée, mais l’occasion de rire : tartes flambées et vin chaud y contribuent », se réjouit Alfred Jung, Président fondateur de la troupe. « C’est un plaisir de faire rire le public, une sorte d’ivresse contagieuse dont le sommet est le fou rire dans la salle et parfois sur scène ».

Sauvetage de la langue alsacienne

Depuis sa première représentation en 1985, la troupe joue en alsacien. « Je fais partie de la génération de ceux qui, surpris dans la cour de l’école en train de parler alsacien dans les années 1950, ont dû copier 100 fois à la plume trempée dans l’encrier, «je ne dois pas parler alsacien à l’école», ce qui ne nous a pas empêchés de maîtriser, plus tard, le français aussi bien que les «gens de l’intérieur» », se souvient le Président qui fait partie de la première promotion, en 2002, des Trophées des Schwälmele, décernés par l’association E Friejohr fer unseri Sproch à ceux qui s’investissent pour la sauvegarde de l’alsacien et du platt.

« C’est un véritable bonheur de faire rire en alsacien, la langue maternelle de beaucoup de spectateurs. L’alsacien est une langue savoureuse qui permet de tout dire, avec les plus fines nuances et les plus grosses grossièretés, à bannir absolument sur scène, bien entendu », rit-il. « Malheureusement, l’alsacien est en train de mourir à petit feu. Alors, participons sans retenue à ce festival du rire alsacien qui secoue notre province du nord au sud, l’automne venu et jusqu’au printemps, grâce à un bataillon de troupes dont les mérites sont grands dans le sauvetage d’un monument en péril ».

Des pièces écrites pour la troupe

Depuis une quinzaine d’années, Alfred Jung écrit les pièces jouées par les Geyderther Wackes. « J’essaye de sortir des sentiers battus. Je me suis inspiré d’une émission télé, comme «l’amour est dans le pré» («D’Leb esch uf de Màtt»), des films, comme «Les gendarmes de Saint-Tropez» et, pour la présente saison, «Don Camomillo», une parodie des films Don Camillo avec Fernandel ». Programmée pour 2016, cette pièce avait été annulée en raison du décès de l’acteur principal, Jean-Marie Steinmetz, membre-fondateur de la troupe. « Et voici que Margot Wolff, une autre vedette de la troupe, vient de nous quitter également. Nous lui dédions la présente saison ». Ces deux départs d’éléments majeurs vont obliger l’association à se renouveler et se renforcer. « L’opération est en bonne voie, puisque des jeunes sont prêts à prendre la relève ».

Don Camomillo

Dans Don Camomillo, on retrouve la guerre entre le curé et le maire qui a fait fermer l’église pour une raison de sécurité, une partie du plafond étant tombée. Chaque acte a son sommet : le déjeuner spaghettis bolognaise, le combat de boxe entre le maire et le curé dont le vainqueur décidera ou non l’ouverture de l’église, et une séance de confessions.

Les Geyderther Wackes monteront sur les planches tout au long du mois de janvier.
Salle polyvalente – Geudertheim : 11 et 12 janvier à 20h 13 janvier à 15h
Réservations : 03 88 68 32 67
Centre Culturel de Hoerdt : 19 janvier à 20h15, 20 janvier à 14h15
Réservations : 03 88 69 25 09