Football – Gaëtan Weissbeck sait d’où il vient

Le capitaine du FC Sochaux-Montbéliard, natif de Wissembourg qui a grandi à Seebach, a rempilé avec le club de L2. Malgré des sollicitations de l’échelon supérieur, Gaëtan Weissbeck veut porter haut un projet ambitieux. Et arriver en L1 avec le FCSM.

258
Gaëtan Weissbeck prêt à tous les efforts pour découvrir la Ligue 1 avec Sochaux / ©FCSM

Une saison de plus en jaune et bleu, pourquoi ce choix ?

Gaëtan Weissbeck : En fait, j’attendais de voir comment ça allait se passer. Il y a eu beaucoup de changements, je voulais voir le recrutement, le nouveau coach… Et finalement tout est très cohérent, j’ai eu des garanties, donc ça donne envie de continuer. J’ai eu des sollicitations, mais pas forcément ce que j’attendais, et en plus de ça, j’ai des valeurs, je sais d’où je viens. Je n’oublie pas ce que Sochaux m’a donné. Je ne me voyais pas quitter le navire et rester sur un goût d’inachevé. À Sochaux, il y a quelque chose à faire, un projet intéressant. Il vaut mieux être un joueur important en Ligue 2 qu’un joueur anonyme de Ligue 1. Et amener Sochaux en Ligue 1, avec le brassard, ce serait exceptionnel. J’en rêve.

Quelles impressions te laissent tes nouveaux coéquipiers et le nouveau coach Olivier
Guégan ?

Le coach est très ouvert à la discussion, on a déjà beaucoup échangé. On reste sur deux belles saisons, on a stabilisé les choses, il faut que les nouveaux s’adaptent vite à nous, et que nous, on les intègre au mieux. Et franchement ça se passe très bien, c’est que de bons mecs, et le stage permet de trouver cette cohésion. Je perds des mecs comme Ousseynou Thioune ou Flo Pogba avec qui j’avais une très bonne relation, mais c’est le foot…

Début juin tu étais à Oberlauterbach pour un événement avec des enfants du coin…

C’est important pour moi parce que je garde les pieds sur terre, et j’étais à leur place ! C’était un rêve de voir un joueur de foot pro. J’essaye de leur mettre un peu des étoiles dans les yeux. Je les avais invités à venir voir Sochaux-Bastia, et deux mois après, je suis retourné les voir. C’est simple mais c’est énorme pour eux. Pour moi, ça fait aussi chaud au cœur. On va voir si on arrive à refaire ça. Pour l’instant, l’agenda est compliqué avec la préparation, je ne suis pas encore rentré en Alsace. Il y aura aussi mes stages à Schweighouse, que j’organise avec Cédric Deubel, il reste une session fin août, je vais essayer d’être là. Heureusement que Sochaux, c’est pas loin, ça permet à ma famille ou mes amis de venir me voir. Mais dès que je peux, je rentre !

CONTENUS SPONSORISÉS